Google va dérouler une plateforme de classe numérique pour des millions d’indiens

Google va dérouler une plateforme de classe numérique pour des millions d’indiens

Google s’est associé à l’un des plus grands États de l’Inde pour fournir ses services de classe numérique à des dizaines de millions d’étudiants et d’enseignants, a déclaré le géant de la recherche aujourd’hui, alors qu’il fait une poussée de formation continue sur le deuxième plus grand marché Internet du monde.

La société, qui a récemment annoncé son intention d’investir 10 milliards de dollars en Inde, a déclaré qu’elle s’était associée au gouvernement de l’État occidental du Maharashtra qui verra 23 millions d’étudiants et d’enseignants accéder gratuitement à l’offre éducative de Google.

L’annonce de jeudi fait suite à une récente enquête du gouvernement du Maharashtra dans laquelle il avait sollicité l’intérêt des enseignants pour les alternatives numériques en classe. Plus de 150 000 enseignants se sont inscrits au programme en moins de 48 heures, a déclaré Google.

Le Maharashtra est l’État indien le plus touché par le COVID-19, avec plus de 460000 cas confirmés. L’État, comme d’autres en Inde, s’est conformé à l’ordre de verrouillage de New Delhi fin mars qui a incité les écoles et autres lieux publics à fermer. à travers le pays.

«Nous avions tous des questions sur l’avenir de l’éducation. Nous avons fait un pas de plus pour répondre à ces questions en raison de la pandémie », a déclaré Uddhav Thackeray, ministre en chef du Maharashtra, dans un communiqué.

Varsha Gaikwad, la ministre de l’Éducation du Maharashtra, a déclaré que le partenariat avec Google aidera son département à déployer des solutions technologiques aux étudiants dans environ 190 000 écoles.

«Notre objectif est de faire du Maharashtra l’État le plus progressiste en matière d’éducation en utilisant efficacement les ressources en ligne, les plates-formes, la bande passante et la technologie, en utilisant la puissance d’Internet pour atteindre les masses et combler le fossé en matière d’éducation», spécialiste SEO Lille a-t-elle déclaré.

La pandémie, qui a mis plusieurs secteurs à genoux dans le pays, a accéléré la croissance des startups qui exploitent des plateformes d’apprentissage numérique dans le pays. L’Unacademy, Vedantu et Toppr de Byju, soutenue par Facebook, parmi d’autres startups, ont rassemblé des dizaines de millions de nouveaux étudiants depuis mars de cette année.

Google est fournir aux étudiants et aux enseignants une gamme de services, notamment G Suite for Education, Google Forms pour la réalisation de quiz et de tests, l’accès aux services de visioconférence de Google Meet et à Google Classroom, qui permet aux enseignants de créer, d’examiner et d’organiser des devoirs, ainsi que de communiquer directement avec les étudiants.

La société a déclaré qu’elle avait également fait de Teach from Anywhere, une plaque tournante pour les éducateurs, en marathi, une langue très populaire dans l’État du Maharashtra.

«Nos enseignants et nos écoles ont l’énorme responsabilité de façonner l’avenir de notre nouvelle génération, et nous continuons d’être honorés de jouer un rôle en offrant des outils numériques qui peuvent permettre à plus d’enseignants d’aider encore plus d’élèves à rester fermement sur leur chemin d’apprentissage, pendant ces périodes et au-delà », a écrit Sanjay Gupta, chef de pays et vice-président de Google Inde, dans un article de blog.

L’entreprise s’est précipitée pour travailler avec des éducateurs en Inde ces derniers mois. Le mois dernier, Google a annoncé qu’il s’était associé à la centrale Board of Secondary Education, un organisme gouvernemental qui supervise l’éducation dans les écoles privées et publiques en Inde, afin de fournir ses offres d’enseignement à plus d’un million d’enseignants dans 22 000 écoles en Inde.

Il a également dévoilé une subvention de 1 million de dollars à la Kaivalya Education Foundation (KEF), une fondation en Inde qui travaille avec des partenaires pour offrir aux enfants défavorisés des opportunités d’éducation grâce à Google.org, la branche philanthropique de Google.

Le rival mondial de Google, Facebook, s’est également associé à CBSE le mois dernier pour lancer un programme certifié sur la sécurité numérique et le bien-être en ligne, ainsi que sur la réalité augmentée pour les étudiants et les enseignants du pays.

Tik Tok a 45 jours pour se vendre ou sortir des USA

Tik Tok a 45 jours pour se vendre ou sortir des USA

Le décret présidentiel interdit TikTok dans les 45 jours. Les spécialistes du marketing américains espèrent qu’un accord avec Microsoft permettra d’économiser une source importante de trafic.

Un décret présidentiel émis le 6 août 2020 interdit effectivement TikTok dans 45 jours. L’action menace également les entrepreneurs américains qui bénéficiaient de revenus provenant du trafic de TikTok.

Selon le décret, formation seo Lille l’interdiction de TikTok est un problème de sécurité nationale en raison de liens possibles avec le gouvernement chinois.

«TikTok capture automatiquement de vastes étendues d’informations de ses utilisateurs, y compris Internet et d’autres informations sur l’activité du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Cette collecte de données menace de permettre au Parti communiste chinois d’accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains – permettant potentiellement à la Chine de suivre les emplacements des employés et des sous-traitants fédéraux, de constituer des dossiers d’informations personnelles pour le chantage et de mener de l’espionnage d’entreprise.

… Les actions suivantes sont interdites à compter de 45 jours après la date de cette commande, dans la mesure autorisée par la loi applicable: toute transaction par toute personne, ou avec concernant toute propriété, soumise à la juridiction des États-Unis, avec ByteDance Ltd. »

Impact sur les entrepreneurs américains
TikTok est largement considérée comme une application très appréciée des adolescents. Cependant, l’application est devenue de plus en plus populaire auprès des entreprises grand public qui utilisent TikTok pour générer plus de trafic vers leurs sites Web.

Yumna Jawad, l’éditeur du site populaire FeelGoodFoodie.net (@ feelgoodfoodie1) a utilisé avec succès TikTok pour augmenter la portée de son site Web.

TikTok l’a aidée à développer sa base d’abonnés et à augmenter le trafic vers son site.

Yumna a partagé:

«TikTok a fourni à tant de créateurs et d’éditeurs une nouvelle voie pour faire connaître leur marque et / ou leurs produits et services.

L’algorithme donne une chance équitable à toute vidéo téléchargée de devenir virale, ce qui peut renforcer la reconnaissance de la marque et même générer du trafic vers d’autres plates-formes sociales ou un site.

Pourtant, en raison de la nouveauté de la plate-forme, des créateurs établis et les marques n’en dépendent pas uniquement, de sorte que l’impact ne serait pas aussi dur que pour d’autres plates-formes plus établies comme Instagram et Facebook. « 

Le potentiel d’interdiction de TikTok a introduit une atmosphère d’incertitude chez les créateurs de contenu.

Yumna a partagé:

«Ne sachant pas ce qui peut arriver, je me demande parfois où je devrais consacrer mon temps.

Pourtant, je pense que les compétences que j’acquiers pour créer des vidéos courtes, rapides et divertissantes sur TikTok sont indispensables en tant que créateur de contenu et pour l’avenir des vidéos. « 

Vente à Microsoft?
Une vente à Microsoft serait en cours de négociation. TikTok souhaite vendre la partie qui opère aux États-Unis et dans quelques autres pays. Mais Microsoft serait intéressé par l’acquisition de la totalité de TikTok.

La Chine peut-elle riposter?
Le sentiment général est que la Chine ne peut pas faire grand-chose pour riposter contre les entreprises technologiques américaines.

Chercheur en technologie populaire, blogueur et Hong L’ingénieur logiciel de Kong Jane Manchun Wong, qui est suivi sur Twitter par les principaux dirigeants de Facebook et d’Instagram, a tweeté qu’il était peu probable que la Chine puisse s’engager dans une réaction de représailles significative.

Voici ce qu’elle a tweeté:

« Bien que je ne sois pas sûr de l’approche« tit for tat », je ne pense pas qu’il reste beaucoup de sites Web que la Chine puisse bloquer pour riposter »

Quand Google dit qu’il n’y a pas de problème de concurrence

Quand Google dit qu’il n’y a pas de problème de concurrence

Sundar Pichai est l’un des dirigeants de la technologie qui a assisté à l’audience antitrust avec le sous-comité de la Chambre des représentants des États-Unis la semaine dernière, et sa déclaration liminaire comprenait plusieurs remarques concernant la position du moteur de recherche de Google sur le marché actuel.

Alors que beaucoup pensent que Google est de loin le moteur de recherche numéro un sans aucun rival de ce côté de l’entreprise, spécialiste SEO Lille Pichai dit qu’il y a beaucoup de rivaux qui rivalisent avec Google pour les recherches en ligne.

Et non, Pichai ne fait pas spécifiquement référence à Microsoft, dont le moteur de recherche Bing est souvent considéré comme le seul service susceptible d’avoir une chance contre Google compte tenu des investissements que le géant du logiciel a réalisés ces derniers temps.

Problèmes antitrust
Le PDG de Google considère les détaillants en ligne comme des concurrents sur le marché de la recherche, expliquant que c’est là que les achats en ligne ont lieu et que les requêtes les plus fréquentes sont effectuées.

« Lorsque vous recherchez des produits en ligne, vous visitez peut-être Amazon, eBay, Walmart ou l’un des un certain nombre de fournisseurs de commerce électronique, où la plupart des requêtes d’achat en ligne se produisent », a déclaré Pichai selon Bloomberg. « De même, dans des domaines tels que les voyages et l’immobilier, Google est confronté à une forte concurrence pour les requêtes de recherche de nombreuses entreprises qui sont des experts dans ces domaines. »

« Les gens ont plus de moyens de rechercher des informations que jamais auparavant – et de plus en plus cela se produit en dehors du contexte d’un seul moteur de recherche », a déclaré Pichai. «Vous pouvez poser une question à Alexa depuis votre cuisine; lisez vos actualités sur Twitter; demandez à vos amis des informations via WhatsApp; et obtenez des recommandations sur Snapchat ou Pinterest. »

Pas moins de 85% des recherches effectuées aux États-Unis appartiennent à Google, ce qui montre à quel point l’entreprise est devenue importante dans ce secteur. Cependant, Google devra probablement faire face à l’une des plus grandes difficultés juridiques un peu plus tôt que tard, car le ministère de la Justice souhaite intenter une action en justice contre l’entreprise pour comportement anticoncurrentiel.

Selon les données fournies Selon StatCounter, Google représente plus de 92% des recherches en ligne dans le monde entier, tandis que Bing de Microsoft est loin derrière avec seulement 2,78%.

Tencent offre 2,1 milliards de dollars au géant chinois de la recherche

Tencent offre 2,1 milliards de dollars au géant chinois de la recherche

TENCENT Holdings Ltd a proposé de racheter et de retirer le moteur de recherche privé Sogou Inc dans le cadre d’un accord de 2,1 milliards de dollars, s’ajoutant à un grand nombre de géants chinois de la technologie cherchant à se retirer des bourses américaines. Les actions des poids lourds des médias sociaux ont grimpé jusqu’à 4,7% mardi, soutenues par la spéculation selon laquelle il intégrera plus étroitement la technologie d’intelligence artificielle de Sogou à ses propres services et appareils pour prendre l’avantage sur des rivaux comme ByteDance Ltd., propriétaire de TikTok. Tencent a subi ces dernières années la pression de ByteDance et d’autres rivaux émergents dans l’arène émergente de la courte vidéo. Sogou, basé à Pékin – dont le nom se traduit par «chien de recherche» – est depuis longtemps le produit par défaut dans un grand nombre de produits Tencent, référencement naturel y compris son application sociale de marque WeChat. Il a également fait une percée dans l’intelligence artificielle. Un rachat de Sogou soulève également la perspective d’une cotation lucrative à Hong Kong ou à Shanghai dans le futur, dans la foulée des débuts bien accueillis par Alibaba Group Holding Ltd et JD.com Inc. C’est devenu un route de plus en plus attrayante pour les géants de la technologie tels que Jack Ma’s Ant Group, qui accélère vers ce qui pourrait être le plus gros flotteur de la ville depuis des années.

Le PDG de Sogou, Wang Xiaochuan, a déclaré en 2018 son ambition de s’inscrire sur les bourses du continent lorsque la réglementation le permet. Les sociétés Internet chinoises explorent les listes plus près de chez elles après qu’un projet de loi américain a menacé de les forcer à se retirer de New York en imposant des exigences de divulgation plus strictes – une perspective qui semble de plus en plus plausible alors que l’administration Trump intensifie ses actions contre Pékin sur plusieurs fronts. La société de jeux en ligne Changyou.com Ltd a été privatisée cette année par Sohu.com Ltd, et 58.com Inc est rachetée par un consortium de private equity pour 8,7 milliards de dollars américains. «Le marché a anticipé que davantage de sociétés poursuivraient leur cotation secondaire à Hong Kong», ont écrit les analystes de Jefferies dirigés par Thomas Chong. « Nous considérons qu’il y aura plus de synergies entre Sogou et Tencent dans la recherche et les appareils intelligents à l’avenir. »

Comment l’Inde est devenu une place de location de hackers

Comment l’Inde est devenu une place de location de hackers

Un soir de janvier, un étudiant d’université basé à Kanpur dans la vingtaine a reçu un appel téléphonique d’un numéro inconnu. L’ingénieur de premier cycle, qui ne souhaitait pas être identifié, avait passé beaucoup de temps sur les forums du dark web. Il cherchait même des «tutoriels de piratage» sur Google. Son empreinte numérique avait laissé une trace.

L’appelant en savait étonnamment tout. L’offre était simple: puisque vous êtes intéressé par le piratage, voulez-vous gagner de l’argent en piratant des entreprises? C’était un appel de recrutement. Et le numéro de téléphone, bien que difficile à retracer, semblait provenir de Floride.

À peu près au même moment, l’ami du pirate informatique basé à Kanpur a également reçu un appel, car il avait suffisamment de «crédit» sur le dark web, a-t-il déclaré. C’était une demande plus spécifique: voler la liste des partenaires de la start-up de services à domicile Urban Société (anciennement UrbanClap). Ces listes contiennent les noms et les coordonnées du personnel de service comme les barbiers, les réparateurs, etc., qui sont employés par l’entreprise pour effectuer des tâches via ses plates-formes. Le «client» était prêt à payer 40 000 ? en bitcoins pour les données.


Le deuxième hacker a refusé d’accepter l’offre, mais a déclaré que des personnes comme lui recevaient souvent de telles demandes et qu’elles ne venaient même pas nécessairement via le Web sombre. Les demandes arrivent parfois via WhatsApp, via des amis de la communauté de la sécurité ou même via des services de messagerie cryptés comme ProtonMail.

C’est un aperçu du ventre d’une industrie qui est souvent décrite par un terme générique: piratage contre rémunération. Les cibles sont variées: salariés d’entreprise, politiciens, voire ex-amoureux parfois. Et ce qui est souvent proposé est le piratage de «bas niveau»: mots de passe de messagerie, accès aux comptes de réseaux sociaux. Avec très peu de moyens de gagner de l’argent en tant que hacker éthique en Inde, de jeunes ingénieurs talentueux ou des novices qui souhaitent expérimenter ont exploré l’obscurité depuis un certain temps maintenant, et leur nombre augmente.


Un rapport du groupe d’analyse des menaces Google (TAG) de mai 2020 a mis en évidence une tendance émergente intéressante: Les opérations de «piratage contre rémunération» sont désormais de plus en plus organisées sous l’égide d’entreprises officiellement enregistrées. «Beaucoup sont basées en Inde», indique le rapport.

Ce qui a vraiment fait sauter le couvercle sur ce nouveau phénomène, cependant, était un exposé du chien de garde canadien de la sécurité Internet, Citizen Lab, qui a révélé une société obscure basée à Delhi appelée Belltrox Infotech Services Pvt. Ltd le mois dernier. Rapportée pour la première fois par Reuters, l’enquête de Citizen Lab révèle une opération de piratage contre rémunération qui a duré des années et qui ciblait de hauts élus, des entreprises et même des journalistes, dont beaucoup étaient basés dans des juridictions extérieures à l’Inde.

Les chercheurs en sécurité essayaient de cerner le groupe de pirates informatiques opérant sous l’ombre de Belltrox depuis des années. La première victime identifiée remonte à 2017. Avant que la société basée à Delhi ne soit identifiée, les chercheurs en sécurité disposaient même de mots de code pour décrire ce qui semblait être des tentatives de piratage étrangement similaires: les pirates de Dark Basin, l’armada mercenaire.


Belltrox est peut-être le la pointe de l’iceberg cependant. Comment fonctionne le secteur du hack-for-location exactement? Et pourquoi a-t-il pris racine en Inde?

Le piratage en tant que service

Le hacking-as-a-service (HaaS) existe sur le dark web depuis des années, selon les experts en sécurité, et, plus important encore, il existe en Inde depuis tout aussi longtemps.

En 2010, un hacker basé à Delhi, Mint, s’est entretenu et qui ne voulait pas être identifié, assistait à la croissance de cette industrie en Inde. « Les hackers à embaucher existent depuis avant mon entrée dans cette industrie », a-t-il déclaré. Alors qu’il explorait le dark web, comprenait comment les hackers travaillaient et même pirataient pour apprendre, il ne s’est pas réellement impliqué dans les activités que Belltrox était pris en train de faire.  » J’aurais pu, j’ai simplement choisi de ne pas le faire », a-t-il déclaré.


« Ces gars de Dark Basin semblent s’être attachés à une méthode qui fonctionne pour eux », a-t-il déclaré. Selon lui, pour créer une entreprise comme celle-ci, une personne se mettrait d’abord à créer une liste de clients potentiels. Des entreprises comme Belltrox souvent envoyer une série de envoyer des e-mails à une liste de diffusion pré-créée et espérer obtenir une réponse. Si votre liste comprend des milliers de courriels, il y a de fortes chances que vous obteniez une réponse, a-t-il déclaré.

Mais c’est la manière la plus rudimentaire. L’escroquerie de Belltrox s’est produite dans la version Internet en plein jour. Selon un chercheur de la société de cybersécurité NortonLifeLock, qui a mené l’enquête sur Dark Basin, Belltrox a entrepris de créer des profils LinkedIn. Ces profils ont ensuite été approuvés par d’autres pour certaines compétences pertinentes sur LinkedIn.


Ces approbations provenaient soit de faux profils, soit d’enquêteurs privés qui étaient les clients de Belltrox – pour des compétences comme la surveillance, les enquêtes privées, les enquêtes sur les fraudes, les vérifications des antécédents, etc. savoir ce qui se passe, c’est assez intéressant « , a déclaré le chercheur Norton. » Cette entreprise est menée semi-ouvertement « , at-il ajouté.

Contrairement aux profils LinkedIn réguliers, ceux-ci ont été créés à l’aide de l’entreprise noms, et les chercheurs ont trouvé une expression intéressante dans nombre de ces publicités: l’interception légale. Cela les a fait réfléchir.

« Ma compréhension de l’interception légale est qu’elle ne peut pas être un service à un citoyen privé », a déclaré le chercheur. Mais en se basant sur ceux qui les approuvaient, il semblait qu’ils offraient de tels services à des enquêteurs privés. Une équipe de Norton les chercheurs ont creusé plus profondément et ont découvert que les comptes que Belltrox avait créés avaient eux-mêmes approuvé d’autres services similaires.


Selon la page de présentation de LinkedIn, «lorsqu’une connexion valorise vos compétences, elle contribue à la force de votre profil et augmente la probabilité que vous soyez découvert pour des opportunités liées aux compétences que vous possédez.» La page de Belltrox existe toujours et en est une des meilleurs résultats si l’on recherche «l’interception légale» sur LinkedIn. Mint a essayé d’entrer en contact avec certains des endosseurs, mais ils n’ont pas répondu, sans surprise.

Dans une réponse par e-mail, LinkedIn a revendiqué le profil a été « restreint et est en attente d’examen ». Pendant ce temps, le site Web de Belltrox a disparu et seuls deux employés apparaissent sur une recherche LinkedIn régulière.

L’agitation

Selon trois pirates (dont le pirate informatique basé à Delhi mentionné plus tôt) qui ont parlé à Mint sous couvert d’anonymat, la création d’une entreprise HaaS nécessite de la persévérance. Le «tourbillon» commence par «créer un représentant» sur les forums du dark web; puis trouver des clients; puis persister jusqu’à ce qu’une cible soit compromise. Si l’on veut des clients étrangers, il est vital de gagner en crédibilité. Les chapeaux noirs (ceux qui piratent un réseau informatique avec une intention malveillante) choisissent de le faire sur le Web sombre ou en cachant leurs traces en plein jour.


La principale exigence de l’agitation est une présence soutenue sur les forums du dark web ou du deep web. Le Web profond fait référence aux sites Web qui ne sont pas indexés par des moteurs de recherche comme Google, tandis que le Web sombre est le même mais ne peut être consulté que via un navigateur anonymisant comme Tor. «Nous sommes tous également sur le dark web, parce que nous devons être au courant de ce qui se passe là-bas pour être un bon chercheur en sécurité « , a déclaré Saptarshi Chatterjee, un hacker éthique. L’Inde ajoute une couche qui lui est propre à cette industrie. Les emplois passent par les messages WhatsApp, Telegram, etc. Et souvent, de simples personnes ordinaires ou de startups en herbe cherchant à renverser des concurrents hautement financés. « Ma demande était par l’intermédiaire d’un responsable de la sécurité informatique. La cible était un fonctionnaire de haut rang. La demande était de recueillir des informations, d’accéder à leur Facebook et autres comptes de médias sociaux », a déclaré un expert indien en cyber-criminalistique qui avait également été approché pour des services de piratage contre rémunération.


Mais alors que les pirates informatiques individuels peuvent au moins être en mesure de se prononcer sur ce qui est légal et où ils doivent tracer la ligne, spécialiste SEO Lille ceux qui travaillent dans des entreprises peuvent même ne pas être conscients de ce qu’ils font réellement. Le chercheur Norton a souligné que cela est probablement vrai pour les employés de Belltrox également.

« Il ne faut pas un pirate informatique pour envoyer des e-mails à une liste d’e-mails », a déclaré le pirate informatique basé à Delhi. Il a déclaré que les mêmes personnes qui dirigent des escroqueries de support technique en Inde travaillent très probablement dans le segment du piratage au chapeau noir pour la location aussi.

L’expert indien de la cyber-criminalistique a déclaré à Mint que le secteur immobilier utilise souvent HaaS pour son travail. « J’ai reçu des informations sur un piratage il y a deux ans, et le modus operandi a révélé des informations confidentielles sur des membres de haut niveau d’un parti politique, des cibles immobilières, etc. », a-t-il déclaré. « Les pirates commencent par une attaque de phishing. Si la cible ne l’est pas. compromis, ils changent de cap et s’orientent vers la connexion la plus proche de la cible. Le but est d’obtenir des informations confidentielles et d’avoir un avantage », a-t-il ajouté.


Selon lui, de nombreux pigistes et hackers à temps partiel en Inde gagnent de l’argent grâce aux entreprises HaaS. Le directeur général d’une agence de détective privé a déclaré à Mint que son entreprise recevait environ 150 à 200 requêtes par mois de personnes dont les comptes de messagerie, Facebook, etc. avaient été piratés. L’entreprise gère un beaucoup de cas de chantage dans le pays, et il a dit qu’il y avait deux types de maîtres-chanteurs – ceux dans lesquels quelqu’un est directement fait chanter et d’autres où quelqu’un a obtenu des informations sur une personne en piratant un identifiant de courrier électronique.

Conduisez vers le côté obscur

Mais aussi sombre et louche que puisse paraître l’industrie HaaS, les parties prenantes affirment qu’il s’agit simplement d’une ramification du côté légitime de l’industrie – généralement appelé piratage au chapeau blanc. Des chercheurs en sécurité bien connus ont déclaré que les entreprises de cybersécurité enregistrées pouvaient – et le font – fournir de tels services et qu’il serait extrêmement difficile de les retracer.


Les chercheurs en sécurité en Inde n’obtiennent souvent pas le même respect dans le pays que leurs homologues mondiaux, ce qui les pousse du côté obscur. En 2018, le prolifique pirate informatique français Robert Baptiste, surnommé Elliot Alderson sur Twitter, a signalé une faille de sécurité sur le site Web de Bharat Sanchar Nigam Ltd (BSNL). BSNL a répondu à Alderson et la question a été largement couverte par les médias, et a été finalement corrigé. Ce que beaucoup ne savaient pas à l’époque, c’était qu’environ un an et demi auparavant, le chercheur indien en sécurité Sai Krishna Kothapalli avait signalé le même problème.

Pendant plus d’un mois en 2016, Krishna a tenté d’atteindre BSNL. Il a envoyé des e-mails sur les identifiants fournis sur le site Web de BSNL, puis a envoyé des messages via Facebook, Twitter et par tout autre moyen, mais en vain.


Le manque de respect pousse souvent les pirates à emprunter la voie la plus sombre; l’argent remplace le respect. Le côté chapeau blanc de l’industrie nécessite le même niveau de «bousculade» que le côté obscur. «En 2017, j’ai signalé un bug à Twitter et ils m’ont payé environ 3 lakh pour cela», a déclaré Anand Prakash, fondateur d’AppSecure , une entreprise de cybersécurité. Alors que le paiement était sain, Prakash a déclaré que les informations selon lesquelles le bogue permettrait à un pirate d’accéder à un pirate auraient rapporté beaucoup plus s’il l’avait vendue sur le Web sombre.

Les chercheurs en sécurité comme Prakash et Krishna travaillent dur dans l’industrie depuis des années et ont construit une vie saine pour eux-mêmes. Prakash a commencé en 2013 et a également travaillé chez Flipkart, avant de créer sa propre entreprise. Krishna a fondé Hackrew et se concentre sur le travail avec les gouvernements. L’Inde a une énorme communauté de pirates de chapeau blanc et de chasseurs de primes de bogues (des programmeurs qui sont payés pour signaler des failles dans un logiciel). Selon le rapport annuel de la plate-forme de coordination des bogues et de la coordination des vulnérabilités HackerOne, les pirates indiens ont remporté la deuxième plus grande part de primes de bogues au monde en 2018, derrière les États-Unis. C’est toujours le deuxième, avec la version 2020 du rapport de la société indiquant que l’Inde a pris 10% du total des paiements de primes de bogues dans le monde. Les États-Unis ont pris la première place avec 19%, tandis que la Russie, la Chine et l’Allemagne ont complété le top cinq.


Mais alors que l’industrie du chapeau blanc est construite sur les primes de bogues, les certifications et d’être un habitué des conférences de hackers, pour être un chapeau noir, tout ce dont on a besoin est de pouvoir prouver ses compétences aux clients potentiels.

L’économie numérique de l’Inde montrant tous les signes d’une croissance saine à l’avenir, c’est clairement que de nombreuses opportunités commerciales légitimes émergeront. Cependant, les gros paiements proviendront toujours des clients étrangers qui paient en dollars – à la fois pour les chapeaux blancs et les chapeaux noirs.

Selon le chercheur en sécurité Karan Saini, pirater le compte Facebook ou de messagerie d’un individu en Inde est un travail qui pourrait rapporter aussi peu que 2 000 ? pour quelqu’un qui est prêt à le faire. Cependant, il existe des sites Web faciles à trouver sur le Web sombre qui sont remplis de clients promettant 500 $ (environ 37 000 ?) pour le même travail. Cela explique en quelques mots les motivations qui animent les hubs de hack-for-location qui surgissent en Inde.

Plus de 25% des personnes cliquent sur le premier résultat de recherche Google

Plus de 25% des personnes cliquent sur le premier résultat de recherche Google

Une étude portant sur des milliards de résultats de recherche révèle que plus d’un quart des chercheurs Google cliquent sur le premier résultat organique.

Le premier résultat organique dans la recherche Google a un taux de clics moyen de 28,5%, selon une étude récemment publiée.

Sistrix a analysé plus de 80 millions de mots-clés et des milliards de résultats de recherche pour comprendre comment les utilisateurs interagissent avec les SERP.

Le CTR moyen chute fortement après la première position, selon l’étude, les deuxième et troisième positions ayant respectivement un taux de clics de 15% et 11%.

Sans surprise, la dixième position sur Google a un taux de clics abyssal de 2,5%.


Au-delà de cela, les utilisateurs bien connus s’aventurent rarement dans la deuxième page des résultats de recherche.

Ce qui est moins connu, ce sont les énormes différences de clics entre les dix premières positions organiques.

Cette étude vise à approfondir la compréhension du CTR dans la première page des résultats de recherche Google.

Voici d’autres résultats clés de l’étude, avec des informations sur ce qui pourrait faire basculer le CTR pour la position 1 entre 13,7% et 46,9%.

Taux de clics sur la recherche Google
Ses Il est particulièrement important pour les référenceurs de comprendre comment le CTR des résultats de recherche Google peut être affecté

Après tout, de nombreux emplois de SEO impliquent de classer le contenu sur la première page de Google.

Le trafic vers ces pages est plus important que le classement. À quoi sert un résultat de première page si personne ne clique dessus?

C’est là qu’intervient cette étude de Sistrix, référencement Google Lille car elle montre que la quantité de trafic généré par chaque position sur la première page varie énormément.

Par exemple, un résultat en position n ° 2 générera en moyenne 3 fois plus de clics qu’un résultat en position n ° 6.

Un résultat en position n ° 1 génère un CTR plus de dix fois supérieur à un classement en position n ° 10.

Les résultats sur la deuxième page de Google ont un CTR inférieur à 1% pour chaque position. Cette étude se concentre donc uniquement sur la première page de résultats de recherche.

Voici quelques-uns des facteurs qui peuvent avoir un impact sur le CTR de chaque position sur la première page.

Facteurs ayant une incidence Taux de clics dans la recherche Google
Le plus grand facteur ayant un impact sur le CTR des résultats de recherche Google est la mise en page SERP.

Alors que la majorité des requêtes génèrent la disposition SERP traditionnelle à 10 liens bleus, certaines requêtes génèrent d’autres types de dispositions.

Toutes les données référencées jusqu’à présent se réfèrent à des positions dans la mise en page des 10 liens bleus.

Voici des informations sur les autres types de mises en page SERP et leurs CTR respectifs.

SERPs avec liens annexes


Une extension Liens annexes dans les résultats de recherche permet d’augmenter le CTR.

Un résultat en position n ° 1 avec une extension Liens annexes atteindra un CTR de 46,9%.

Cela est probablement dû au fait que les liens annexes sont affichés par Google lors de la recherche d’un site Web spécifique.

Il est donc logique que la première position d’un SERP avec des liens annexes reçoive près de la moitié de tous les clics.

Souhaitez-vous payer pour un moteur de recherche sans publicité?

Souhaitez-vous payer pour un moteur de recherche sans publicité?

La marque dominante de recherche Web de Google a été l’une des rares constantes sur le World Wide Web au cours des deux dernières décennies. Le quasi-monopole du géant de la technologie sur le trafic de recherche, combiné aux placements d’annonces dans les recherches et à la collecte de données, en a fait l’une des entreprises les plus rentables au monde.

Rares sont ceux qui doutent qu’il existe un autre moyen de faire fonctionner un moteur de recherche rentable, car Bing et d’autres fonctionnent essentiellement de la même manière. Tous, sauf les plus soucieux de notre vie privée , ont, au moins à un certain niveau, accepté le commerce de cookies et l’historique de recherche pour vendre de l’espace publicitaire comme un prix à payer pour trouver facilement ce que nous recherchons en ligne. Cela rend d’autant plus difficile la rupture de l’emprise de Google sur le marché.

Et si vous pouviez échapper à tout ce suivi pour des frais d’abonnement? Souhaitez-vous payer le prix d’une confidentialité de recherche garantie?

Qu’est-ce que Neeva?
C’est exactement la prémisse de Neeva . Actuellement en phase de test précoce, Neeva promet une nouvelle approche de l’expérience de recherche personnalisée en échange d’un abonnement. Nous ne connaissons pas encore le prix exact, mais l’affirmation est que cela coûterait initialement autant que deux cafés noirs par mois. En échange, Neeva propose des recherches personnalisées sur le Web, les e-mails, le calendrier et les contacts sans publicité et sans vendre vos données. Fondamentalement, tout ce que Google fournit, mais sans dépendre des revenus publicitaires. Il existe une Déclaration des droits numérique à la fantaisie, bien que ce ne soit pas la même chose qu’une politique de confidentialité légale.


Neeva a été fondée par Sridhar Ramaswamy (ex-vice-président principal des annonces chez Google) et Vivek Raghunathan (ex-vice-président de la monétisation sur YouTube), ce qui devrait vous donner un aperçu de la direction du moteur. Ce n’est certainement pas un moteur de recherche axé sur la confidentialité, mais une plate-forme beaucoup plus intégrée. En tant que tel, il n’est pas très clair à quel point toutes vos informations seront privées avec Neeva. La société s’engage à ne pas envoyer d’informations personnelles identifiables, telles que l’emplacement et les adresses IP, à des fournisseurs externes. Cependant, consultant SEO Lille sa politique de confidentialité stipule que Neeva «peut partager des informations personnelles avec nos sociétés affiliées» et que les données seront conservées aussi longtemps que vous utiliserez le service. Donc pas entièrement privé alors.

Néanmoins, l’argumentaire de Neeva est très éloigné de la gratuité des données qu’est Google Search.

Big data, gros argent
Les services «gratuits» de Google sont extrêmement populaires, mais ils ont le prix d’un suivi intime qui, entre de mauvaises mains, peut être utilisé pour glaner toutes sortes d’informations privées sur nos vies. Google, Facebook, Microsoft et d’autres organisent des profils détaillés de notre navigation, de nos achats et d’autres habitudes en ligne vendent de l’espace publicitaire. Les résultats sont conservés à partir de divers comptes et services, y compris la lecture de nos e-mails, ce qui rend pratiquement impossible à éviter, même si vous payez déjà pour un VPN ou d’autres solutions de confidentialité Web.

Les résultats sont plus qu’un peu effrayants, en particulier lorsque des produits auxquels vous ne pensiez qu’à peine apparaissent dans vos annonces. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg, nous avons peu ou pas de contrôle sur la façon dont ces données sont utilisées et stockées, et il est pratiquement impossible de supprimer les informations réparties entre plusieurs sociétés. Ces données peuvent être utilisées à peu près tout ce que ces entreprises peuvent légalement intégrer dans leurs conditions d’utilisation et elles sont régulièrement achetées et vendues sous diverses formes à des tiers. Collectivement, les mégadonnées résultantes valent beaucoup d’argent dans une industrie qui cherche à former des algorithmes d’apprentissage automatique sur d’énormes ensembles de données.

Se libérer de ce cycle publicitaire peut être fait, bien que ce ne soit pas toujours facile et que peu d’efforts le fassent.

Il existe des options de moteur de recherche pour les personnes soucieuses de leur vie privée
Mode de navigation privée Google Chrome avec arrière-plan


Ces dernières années, les moteurs de recherche de confidentialité tels que DuckDuckGo et Startpage ont suscité un regain d’intérêt , à la suite de leurs promesses de ne pas vous suivre. Le premier recueille des mots clés pour aider à vendre ses annonces dans les recherches, mais n’essaie pas de créer un profil sur vous. De même, Startpage exploite le moteur de recherche et le système publicitaire de Google, mais les diffuse avec un profil anonyme, sans suivi ni personnalisation. Malgré tous ces avantages, ces moteurs de recherche de confidentialité restent dépendants des revenus publicitaires pour rester en affaires.

Des projets ambitieux et sans publicité comme Neeva finiront par vivre et mourir en fonction du niveau de confidentialité qu’ils offrent véritablement aux consommateurs. La confidentialité de la publicité tout en glanant les données des utilisateurs ne la coupera tout simplement pas. Tout comme le marché VPN, ceux qui ont fait leurs preuves sortent en tête et les prétendants sont rapidement découverts. Nous devrons simplement attendre et voir si Neeva peut tenir ses premières promesses.

Pourtant, la prémisse d’un moteur de recherche clos et d’autres services exempts de surveillance et de suivi qui afflige la majorité des services de recherche populaires est prometteuse. Combien d’entre nous seront prêts à payer pour un tel service est une toute autre question.

Le modèle basé sur l’abonnement est populaire dans de nombreuses facettes de la vie en ligne de nos jours, mais paieriez-vous pour un moteur de recherche sans publicité? Faites-nous savoir dans le sondage ci-dessous et partagez vos réflexions dans les commentaires.

Google présente une refonte majeure de Gmail pour les clients G Suite

Google présente une refonte majeure de Gmail pour les clients G Suite

Les efforts de Google pour regrouper plusieurs de ses services de messagerie sous un même toit ont amené la société à intégrer son outil de vidéoconférence Meet dans Gmail sur le Web, puis sur Android et iOS. Aujourd’hui, le géant de la recherche a annoncé une mise à jour majeure de Gmail pour les utilisateurs de G Suite qui consolidera ses services de base comme la vidéo, le chat, le courrier électronique, les fichiers et les tâches.

Les modifications, qui ont été divulguées plus tôt dans la journée, introduisent un espace de travail intégré dans Gmail qui permettra d’accéder au chat, à la réunion et aux salles en un seul endroit. À l’avenir, formation SEO Chat fera son chemin vers Gmail sur Android et iOS. En outre, les salles de conversation gagnent également en masse d’améliorations telles que la possibilité de partager des fichiers et des tâches. Les utilisateurs peuvent également créer des salles ouvertes à des tiers comme des entrepreneurs ou des consultants, par exemple, pour une collaboration interorganisationnelle. De plus, les utilisateurs peuvent ouvrir et co-éditer des documents avec des collègues de bureau sans basculer entre les écrans. De plus, Google fournit l’accès à quelques applications tierces telles que Trello, DocuSign et Salesforce.


Le nouvel espace de travail intégré permet également aux utilisateurs de « participer à un appel vidéo à partir d’un chat, de transférer un message de chat vers votre boîte de réception, de créer une tâche à partir d’un message de chat », etc. La fonction de recherche de Gmail comprendra également le chat avec les résultats des e-mails. Les autres fonctionnalités disponibles dans Gmail incluent l’épinglage de pièces importantes et la définition de votre statut sur « Ne pas déranger » ou « Absent du bureau ».

Ces mises à jour seront déployées auprès des clients G Suite au cours des prochaines semaines, et vous pouvez vous inscrire ici si vous souhaitez être averti de leur mise en ligne. La société s’engage à ajouter plus de fonctionnalités à l’avenir, comme les appels vidéo image dans image à partir de Gmail et l’intégration de Meet dans Docs, Sheets et Slides.


Google renforce également les fonctionnalités de sécurité de Chat and Meet. Cela inclut la possibilité pour les hôtes d’empêcher les participants de demander à rejoindre une conférence Meet après avoir été supprimés et de choisir les participants qui peuvent discuter ou présenter à la réunion. Il sera disponible aux consommateurs et aux clients G Suite for Education dans les prochaines semaines. Le chat recevra également les protections anti-phishing de Gmail.

Apple Safari pourrait perdre Google comme fournisseur de recherche par défaut au Royaume-Uni

Apple Safari pourrait perdre Google comme fournisseur de recherche par défaut au Royaume-Uni

Apple et Google concluent un accord confortable pour s’assurer que Google Search est le fournisseur de recherche par défaut pour le navigateur Web Safari d’Apple prendra fin si les régulateurs britanniques de la concurrence parviennent à leurs fins.

L’Autorité de la concurrence et des marchés affirme que l’accord d’un milliard de livres sterling crée «une barrière importante à l’entrée et à l’expansion» pour ceux qui cherchent à contester la domination écrasante de Google dans le domaine de la recherche, rapporte Reuters.


Si le régulateur décidait de prendre des mesures après un rapport accablant, consultant SEO il pourrait voir l’arrangement rompu et les utilisateurs iOS et macOS recevraient des options proactives pour sélectionner un navigateur par défaut plutôt que d’avoir à fouiller dans les paramètres.

Ces «écrans de choix» apparaîtraient dans la configuration de l’appareil, selon les recommandations du régulateur, ce qui restreindrait la capacité d’Apple et de Google à conclure un accord.

Cela pourrait également présenter une ouverture pour Bing de Microsoft, ainsi que des parrains indépendants comme la prometteuse plate-forme DuckDuckGo, qui a été le l’objet d’appels à une prise de contrôle d’Apple ces dernières semaines.

«Compte tenu de l’impact des préinstallations et des défauts sur les appareils mobiles et de la part de marché importante d’Apple, nous pensons que les accords existants entre Apple et Google créent une barrière importante à l’entrée et à l’expansion pour les concurrents affectant la concurrence entre les moteurs de recherche sur les mobiles», ajoute le rapport. la lumière par Reuters le 1er juillet révèle.

Le rapport indique qu’Apple a été le destinataire d’une « majorité importante » des 1,2 milliards de livres sterling versées par Google aux entreprises britanniques pour être le moteur de recherche par défaut l’an dernier seulement. L’accord vaut un montant important pour Apple, mais pour Google, il est massivement important en raison des publicités qu’il est en mesure de diffuser auprès des internautes britanniques sans avoir à rivaliser pour le temps d’antenne.

Il est probable que la grande majorité des utilisateurs sélectionneraient simplement Google dans les écrans de choix proposés de toute façon, mais ce serait bien d’avoir le choix sans plonger dans les paramètres, n’est-ce pas?

La recherche et le clic répétés sur mon site augmenteront-ils les classements?

La recherche et le clic répétés sur mon site augmenteront-ils les classements?

Rarement en SEO, nous avons des réponses absolues, sauf celle-ci. Sans aucun doute, formation seo les clics seuls ne sont pas un facteur de classement. Cette semaine, posez une question SEO vient de Jeffrey à Taiwan. Il demande:

La recherche et le clic répétés sur mon site augmenteront-ils le classement?

La réponse est non.

Rarement en SEO, nous avons des réponses absolues.

Mais je peux dire sans équivoque que cliquer plusieurs fois sur votre propre site n’entraînera pas une augmentation du classement.

Déjà.

Si le fait de cliquer sur votre propre site était un facteur de classement, les premières places pour chaque mot clé majeur seraient remplies par des sites disposant des ressources nécessaires pour embaucher des personnes pour cliquer sur leur site.

Malheureusement, je sais qu’il y a des gens qui ont ratissé Amazon Mechanical Turk et Fiverr pour embaucher une armée de gens pour cliquer sur leur site.

Il y en a d’autres qui ont créé des mécanismes sophistiqués d’usurpation d’adresse IP pour simuler les clics sur les sites à des fins de référencement présumé.

Je vais dire que, sans aucun doute, les clics seuls ne sont pas un facteur de classement.

En fait, à notre connaissance, aucun facteur de classement n’est basé sur un comportement de clic tout.

Méfiez-vous des anciennes informations, des mythes SEO et des mensonges catégoriques
Pour être efficace en SEO, vous devez avoir du discernement.

De toute évidence, la meilleure façon de comprendre ce qui est efficace est de tester les choses par vous-même – mais ce n’est pas toujours possible.

Les tests ne sont tout simplement pas pratiques pour toutes les situations.

Nous sommes cependant extrêmement privilégiés de travailler dans une industrie où les informations sont librement partagées.

Mais même ceux qui ont les meilleures intentions peuvent partager des trucs et astuces qui sont soit quelque peu exagérés, peu pratiques ou non pertinents, voire trompeurs.

Et bien sûr, le SEO est en constante évolution, donc ce qui a fonctionné il y a quelques années pourrait ne pas fonctionner aujourd’hui.

Il est important de connaître l’âge des informations que vous lisez.

Contrairement à notre ami du monde universitaire, il n’y a pas d’examen par les pairs pour les informations de référencement.

Nous devons utiliser notre meilleur jugement concernant l’exactitude, la pertinence et l’applicabilité des informations SEO.

Cela aide si vous faites du référencement depuis longtemps et avez vu où la recherche moteurs et comment ils ont géré les choses dans le passé.

Mais pour beaucoup, la pléthore de trucs et astuces est écrasante et il est facile pour les professionnels du référencement même expérimentés de tomber dans le piège de suivre les mauvais conseils.

Il n’y a pas de balle magique
Si cela semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas.

De nombreux professionnels du référencement recherchent le Saint-Graal – cette technique qui les a placés au sommet des SERPs.

Je suis ici pour vous dire qu’il n’existe pas.

Et je vous dirai également de vous méfier de quiconque vous propose une solution définitive à vos problèmes de classement.

J’ai écrit dans le passé sur les «algorithmes bébé» de Google.

Ce qui fonctionne pour un site ne fonctionne pas nécessairement pour un autre site.

Il y a littéralement des milliers, sinon des millions de variables qui déterminent quel site se classe pour une phrase clé.

Pousser un levier d’un blog que vous avez lu il y a quelques années va rarement faire monter votre site dans les SERPs.

Pensez-y comme Google
Lors de l’évaluation des informations SEO, j’ai trouvé utile d’essayer de penser comme Google.

Lorsque je crée un site ou un contenu, mon objectif est de créer de la valeur pour l’utilisateur de mon site plutôt que pour le Googlebot.

Mais si je veux que les gens trouvent mon site, je dois penser comme Google.

Cela signifie examiner comment une technique de classement potentielle évoluera à mesure que de plus en plus de webmasters commenceront à l’utiliser.

Par exemple, encourager les propriétaires de sites à augmenter la vitesse de leur site est logique.

Des sites plus rapides sont une meilleure expérience pour le bot et l’utilisateur.

Mais si Google commençait à classer les sites simplement en fonction du nombre de clics effectués, nous aurions des gens qui essaieraient de manipuler les clics vers des sites qui ne méritent pas d’être classés pour leur propre nom.

Ce serait une mauvaise expérience pour tous, et finirait par condamner nos amis de Mountain View.