L’IA pour le marketing

Le marketing avec l’IA (intelligence artificielle) peut sembler fantaisiste ; le terme est lancé dans les publicités pour les outils de marketing par les gourous du marketing et mis en avant par les médias. Bien que le battage médiatique autour de ce que l’IA pourrait faire dans les prochaines années soit exagéré, la réalité de son utilisation actuelle dans le marketing est souvent méconnue.

  • Google utilise l’apprentissage profond pour classer les résultats de recherche.
  • Amazon utilise le traitement du langage naturel pour Alexa.
  • Facebook utilise la reconnaissance faciale pour suggérer qui taguer sur les photos.
  • Le Washington Post utilise la génération de langage naturel pour rédiger des articles axés sur les données.
  • Netflix utilise l’apprentissage automatique pour personnaliser les recommandations destinées à ses utilisateurs.

Nos vies sont donc déjà assistées par des machines, et de la même manière, le marketing peut l’être aussi. Il en va de même pour la création de site internet et le marketing digital en général.

5 plates-formes qui peuvent être exploitées pour le marketing grâce à l’IA


Votre équipe marketing perd son avantage concurrentiel tant que vous reportez l’utilisation d’outils marketing innovants alimentés par l’IA. Les systèmes d’intelligence artificielle travaillent en permanence à l’arrière-plan de produits et services populaires tels qu’Amazon, Netflix et Google.

Ces dernières années, l’IA a fait son entrée dans le marketing en aidant les marques à améliorer et à renforcer chaque étape du parcours de leurs clients. De plus, les outils qui étaient auparavant disponibles pour les entreprises sont désormais abordables et accessibles aux moyennes et petites entreprises.

Voici cinq façons dont l’IA peut être utilisée pour vos campagnes de marketing :

1/ Chatbots
Les applications de messagerie telles que WhatsApp, Viber et Facebook Messenger ont permis aux clients d’entrer plus facilement en contact avec les entreprises et les commerces pour demander des renseignements, acheter ou se plaindre. Ces applications sont gratuites et faciles à utiliser. Cependant, la triste réalité de l’utilisation de ces applications par les entreprises, en particulier les grandes marques, est qu’il peut être difficile de répondre à chaque fois qu’un client envoie un message. De plus, cela peut devenir fastidieux lorsque vous devez répondre à des milliers de messages pendant vos heures de travail, et que la plupart d’entre eux vous posent la même question !

Un chatbot est un programme d’IA qui peut simuler une conversation avec un utilisateur en langage naturel. Cela aide les entreprises à rester en contact avec leurs clients et à répondre à leurs questions. Désormais, les grandes marques peuvent définir des réponses prédéterminées aux questions fréquemment posées par leurs clients. De plus, les chatbots peuvent aider vos clients à trouver et à acheter un produit qui leur plaît. Tout cela réduira considérablement le temps nécessaire à l’intervention et à la réponse humaines, ce qui vous fera gagner du temps et de l’argent.

2/ Génération de contenu
Nous savons tous que la génération manuelle de contenu est un processus fastidieux. Maintenant, imaginez avoir un site Web qui peut générer son propre contenu. Vous n’avez pas besoin d’embaucher des rédacteurs ou des éditeurs car vous aurez un site autonome qui pourra gagner de l’argent pour vous.

Les algorithmes d’apprentissage automatique de l’IA peuvent vous faciliter la vie en tant que spécialiste du marketing, et c’est ce qu’on appelle la génération de contenu. Malheureusement, ils ne peuvent pas créer des articles longs et éloquents écrits par des leaders du secteur, des PDG, des blogueurs et d’autres écrivains talentueux qui offrent des connaissances approfondies sur un sujet donné.

Une génération de contenu ou une rédaction ne peut cracher que de simples rapports financiers, des mises à jour boursières, des nouvelles sportives, etc. Toutefois, si vous avez besoin d’aide pour générer du contenu personnalisé pour votre site web, utilisez la content intelligence. Elle fournit aux créateurs des retours d’information basés sur des données et des idées pour un contenu efficace qui donnera de meilleurs résultats.

3/ Ciblage programmatique des annonces
Il s’agit d’automatiser tout ou partie du processus d’achat d’annonces en utilisant une technologie pilotée par logiciel. La manière traditionnelle d’acheter/vendre des publicités est un processus long et fastidieux qui commence par un entretien avec un vendeur, la mise en place des termes d’un contrat et enfin son exécution. Cependant, l’IA dans le marketing numérique transforme la méthode traditionnelle en un simple processus automatisé.

L’IA utilise les données des cookies des sites web et des applications mobiles utilisés ou visités par les utilisateurs pour cibler des clients spécifiques qui correspondent aux critères de l’annonceur ou des entreprises. En cas de correspondance, le système d’achat d’annonces enchérit automatiquement sur l’impression et affiche le contenu gagnant de l’utilisateur.

Les publicités Facebook permettent aux spécialistes du marketing et aux annonceurs d’utiliser l’analyse des données dans le cadre du marketing numérique afin de créer des profils personnalisés pour cibler et recibler leurs publicités. Notez qu’il s’agit des données que vous partagez sur les plateformes de médias sociaux lorsque vous cliquez sur pour accepter l’accord de licence de l’utilisateur final (EULA).

4/ Tarification dynamique
Il s’agit d’utiliser une stratégie de tarification personnalisée, dans laquelle sa demande et/ou son offre détermine le prix d’un produit ou d’un service. Par exemple, les prix des applications de covoiturage augmentent lorsque la demande augmente. Un bot de site Web ou d’application peut surveiller les analyses prédictives de vos clients en utilisant leurs recherches, leur historique, leurs cookies et d’autres activités pour leur fournir une tarification en temps réel. Cependant, cela pourrait signifier qu’ils obtiennent des prix plus élevés ou moins de remises pour les services ou les produits dont ils ont besoin à ce moment-là. Bien que cela semble injuste, il y a toujours deux côtés à une histoire.

Vos clients peuvent bénéficier de la tarification dynamique lorsque la demande pour un produit ou un service est en baisse. Par exemple, lorsque des chambres d’hôtel sont invendues, la tarification dynamique peut offrir des prix compétitifs pour attirer les clients et contribuer à réduire les risques d’inoccupation.

5/ Reconnaissance vocale
À l’heure actuelle, nous disposons d’IA dotées de capacités de reconnaissance vocale qui peuvent reconnaître les mots prononcés et les convertir en texte pour exécuter la commande. Alexa, Siri et Google Assistant sont quelques-uns des chatbots les plus populaires qui utilisent la technologie de reconnaissance vocale. En outre, la reconnaissance vocale est utilisée dans des applications telles que Google Maps, Shazam et d’autres systèmes mains libres.

Mais comment les spécialistes du marketing peuvent-ils tirer parti de la reconnaissance vocale pour leurs campagnes ? On estime qu’environ 55 % des ménages disposeront d’une enceinte intelligente d’ici 2022, contre 13 % en 2018. De plus, les ventes liées aux achats vocaux devraient atteindre 40 milliards USD en 2022, contre 2 milliards USD en 2018. Sur la base de ces données, les marketeurs ne devraient pas manquer d’utiliser la reconnaissance vocale dans leurs campagnes marketing.

Mot de la fin
Compte tenu de tous les avantages du marketing par l’IA mentionnés ci-dessus, cela signifie-t-il que l’IA va bientôt prendre le contrôle des emplois des spécialistes du marketing et des créateurs de contenu ? Bien que l’apprentissage automatique améliore considérablement son algorithme, vous pouvez vous rassurer pour les prochaines années, car l’IA est encore loin d’être parfaite.

Néanmoins, l’IA dans le marketing est un outil puissant qui permet aux entreprises de s’engager avec chaque client individuel de manière personnalisée et significative. Il est temps de commencer à appliquer les produits d’IA et les techniques d’analyse marketing pour offrir des expériences personnalisées à vos utilisateurs. Cela permettra aux spécialistes du marketing d’obtenir de meilleurs résultats, voire d’augmenter le retour sur investissement de leur entreprise.

SEO Agence est une agence conseil SEO.

Adobe et le marketing digital

Pour célébrer 25 ans de publicité numérique, Adobe a suggéré aux vétérans du marketing et de la publicité de se remémorer ce qu’ils faisaient en 1994. «Faire du camping avec des télécopieurs ou des maquettes d’annonces imprimées» étaient deux des suggestions. Certains approuvaient probablement une publicité télévisée sur un lecteur de bande U-Matic. Internet était une nouveauté, et beaucoup pensaient qu’il aurait peu d’impact sur nos vies, du moins pas autant qu’il a changé la façon dont nous vivons et travaillons aussi radicalement qu’il l’a fait. Nous étions juste habitués à travailler sur un ordinateur de bureau et à essayer de comprendre comment accepter les formules sur Excel et créer des présentations sur PowerPoint.

Cependant, 1994 a été l’année de la parution de la première bannière publicitaire et l’ère de la publicité numérique a commencé. La première bannière publicitaire numérique a été créée par le magazine Wired aux États-Unis et demandait: « Avez-vous déjà cliqué ICI? » Beaucoup l’ont fait et une nouvelle ère de publicité numérique a commencé.

L’un des premiers adeptes néo-zélandais était Steve Shearman de Touchpoint. En janvier En 1996, il a lancé un site Web de recherche / répertoire « Access NZ » – le premier Yahoo de Nouvelle-Zélande. À l’époque, il répertoriait tous les sites Web néo-zélandais – probablement moins de 200.

«Dans le cadre de ce site, nous avons vendu des bannières publicitaires – c’était peut-être le premier site Web en Nouvelle-Zélande à faire cela», se souvient Shearman. « La toute première publicité était destinée à notre société de développement Web » Webmasters « . »

Bien que les webmasters aient gagné de l’argent en vendant de la publicité à de nombreux annonceurs au cours des sept années suivantes, c’est la réflexion et la technologie derrière ce site Web basé sur une base de données qui ont permis à la start-up de remporter des contrats avec ClearNet et Yellow Pages, deux projets clés qui ont établi l’entreprise au cours des deux années suivantes.

Après avoir vendu leur société de développement Web à la fin de 1999, Shearman et Frank van der Velden ont lancé Touchpoint en tant que société de logiciels de marketing numérique au début de 2000. Ils avaient deux défis clés, convaincre les clients que les canaux numériques pourraient être plus efficaces que approches traditionnelles et ensuite les convaincre Touchpoint connaissait le marketing car la paire était issue d’un bagage technique.


Touchpoint a résolu ce problème en s’associant à des agences de marketing direct tournées vers l’avenir et en apprenant rapidement ensemble. Il y avait quelques piliers de l’industrie de la publicité dans les premiers jours qui pensaient que les médias numériques ne réussiraient pas, et pendant un certain temps, certains dans les médias grand public n’ont pas été très utiles. Il y avait, cependant, plus de partisans que de détracteurs et généralement la communauté de la publicité et du marketing a travaillé de manière positive pour essayer de tirer le meilleur parti des médias numériques. John Schofield, maintenant associé directeur chez Tilt Digital, était directeur de compte d’agence chez Telecom Annuaires en 1994. Sa première campagne de bannières publicitaires a été lancée lorsqu’il travaillait pour Yellow Pages.

«Je ne sais pas à 100% à qui c’était destiné», se souvient-il. «C’était des jours de connexion commutée, agence web Templeuve avec des connexions lentes. La bonne vieille bannière 468 x 60 était le seul bloc d’annonces avec lequel nous devions jouer, en essayant de travailler à la fois sur la réponse directe et sur la marque ce petit format. Des moments de plaisir. »

Schofield a ensuite fondé le Bureau Internet au début de 2000, où il est resté pendant huit ans, pionnier des innovations dans la publicité numérique. À peu près à la même époque, Jane Ormsby, fondatrice et directrice générale de Scroll Media, était directrice du canal d’achat chez Virgin Media au Royaume-Uni, puis a rejoint Real Media à Londres en tant que gestionnaire de compte senior en 2001. La première campagne numérique dont elle se souvient a vendu était une campagne de British Airways sur le grand écran timesonline.co.uk «qui était un frisson à l’époque».

«Au début, Internet était considéré comme le cousin pauvre de la télévision et de la presse écrite et nous devions travailler très dur pour convaincre les clients d’envisager une campagne numérique dans le mix», dit-elle.

Le principal défi pour ces premiers utilisateurs était d’éduquer les clients qui n’étaient pas convaincus que le numérique allait se développer. «Nous avons dû les éduquer avec des rapports et des analyses approfondis», explique Ormsby.

Déménagement en Nouvelle-Zélande en 2004 et formation de Response Directive, Ormsby a trouvé que la plupart des annonceurs ne considéraient que les sites connus localement. «Nous avons dû convaincre le marché que les Kiwis recherchent du contenu international, de nos jours c’est acquis.»

Shearman se souvient qu’il n’était même pas appelé «numérique» à ces débuts et qu’il n’était certainement pas considéré comme un véritable marketing par la majorité des spécialistes du marketing. « Outre la publication d’une brochure sous forme de site Web, le Web n’était pas vraiment considéré comme un canal de marketing par la majorité des entreprises ou des agences de marketing. »

Directeur de FutureYou.Digital Michael Te Young était chef de produit numérique au NZ Herald en 2002/2003, lorsque l’éditeur a développé «la grande bannière», qui faisait 760×120 et courait le long du haut du site où les bannières fonctionnent encore aujourd’hui. C’était avant que le tableau de bord 728×90 ait été inventé. À l’époque, NZ Herald vendait des emplacements au coût par semaine. L’annonce avait l’air superbe jusqu’à ce que Te Young découvre que la petite tuile dans le coin supérieur droit avait été vendue à une deuxième banque par un autre compte directeur.


«Bien sûr, tout a frappé le fan de la grande banque de bannières», se souvient Te Young. «La petite banque de carreaux était plutôt satisfaite d’elle-même. Cela nous a amenés à développer un système de réservation pour la gestion des conflits. »

Lorsque Te Young est devenu directeur des comptes numériques chez Wilson & Horton Interactive (NZME) en 2003, les revenus en ligne représentaient moins de 1% du chiffre d’affaires global. Le fond avait abandonné la publicité en ligne parce que sa réputation de média avait été détruite à la suite de l’incendie de nombreuses entreprises mondiales dans le crash de Dot-com. Les exemples locaux incluent Flying Pig et Travel.co.nz.

Parce que les budgets en ligne étaient si petits, en ligne est simplement devenu un complément à une campagne traditionnelle. Les agences ont sous-traité la planification et l’exécution au Bureau Internet, qui était en grande partie responsable du retour à la vie de l’industrie, mais il a fallu plusieurs années avant que les agences ne recommencent à prendre le numérique au sérieux et à en assumer une certaine responsabilité. Cela a probablement retardé les progrès de la Nouvelle-Zélande d’autres marchés comme l’Australie. L’un des premiers problèmes de l’industrie des médias numériques était le temps et les ressources nécessaires pour planifier et mener une campagne. Schofield se souvient avoir eu plusieurs conversations avec des directeurs de médias d’agence qui avaient des variations sur le message: « Je peux voir à quel point cela est utile pour nos clients, et ils sont intéressés, mais pour être honnête, c’est trop dur et il n’y a pas d’argent dedans. »

Ces conversations ont conduit Schofield et John Stewart à lancer The Internet Bureau au début de 2000. Cette entreprise a continué à attirer des personnes fantastiques dans l’industrie et a facilité l’accès des clients aux médias numériques.

«Il y a toujours eu des défis», dit Schofield. «Mais à long terme, les défis ont été de maintenir un équilibre entre l’innovation optimiste et le réalisme cynique. Une perspective optimiste a aidé à découvrir et à développer des plates-formes de médias numériques solides, mais un certain réalisme est nécessaire pour aider à réduire les efforts inutiles et les budgets qui se réduisent à l’aveugle ruelles!

«Les dépenses étaient modestes au début, car nous n’avions pas la taille d’audience et les écosystèmes que nous avons actuellement», explique Te Young. « Le Web mobile n’existait pas (il s’appelait WAP), il n’y avait pas de réseaux, de médias sociaux ou de planification basée sur les données. La recherche en était à ses débuts. La création était limitée aux fichiers JPG et GIF. Donc, il manquait d’échelle ou de sophistication. »

Rob Davis a été directeur et fondateur de Pearson Davis au cours de ces premières années. «Nous travaillions avec Vodafone lorsque la technologie TXTing est arrivée. Nous en avons fait la promotion parce que la technologie de Telecom n’autorisait pas le TXTing. Quand il est devenu cool de TXT, les jeunes sont tous passés à Vodafone. C’était probablement le début de notre prise de parts de marché. »

Au début des années 1990, la réputation de Pearson Davis dans le travail sur les bases de données était telle qu’on lui a confié la fusion des comptes clients lors de la fusion de deux banques en Nouvelle-Zélande. Le travail de base de données de l’agence a également gagné la faveur d’Air New Zealand et a mis en place le programme Air Points Frequent Flyer avec eux. Non seulement tout le marketing, mais aussi le centre d’appels.

La première bannière publicitaire que Sam Ramlu de Method Digital se souvient avoir faite était pour Australian Tourism et la campagne «Shrimp on the Barbie». «C’était une bannière en expansion qui vous permettait de retourner les crevettes – tout cela au nom de vous faire franchir le fossé.»

Savoir bien utiliser Linkedin

Beaucoup d’entre nous considèrent LinkedIn comme le réseau social le plus maigre. Mais c’est parce que nous ne l’utilisons pas à son plein potentiel. Avec la bonne méthode, il peut vous en apprendre davantage sur le domaine que vous avez choisi, vous aider à établir de nouvelles relations dans votre secteur et même à vous offrir un meilleur emploi. Voici 10 conseils pour que LinkedIn fonctionne pour vous, sans nécessiter de mise à niveau premium.

Personnalisez votre flux
LinkedIn a adopté un fil d’actualité de type Facebook qui vous accueille chaque fois que vous vous connectez à votre compte. Si votre flux ressemble à du bruit blanc, c’est que vous ne l’avez pas réglé pour afficher le contenu le plus pertinent.

Pour obtenir une expérience plus personnalisée, accédez au site Web de LinkedIn et cliquez sur Afficher toutes les recommandations en haut à droite. Le réseau fournira une liste d’individus et de sujets suggérés. Cliquez sur Suivre à côté de ceux qui vous intéressent, et ces messages se retrouveront dans votre flux. (N’oubliez pas que, pour les individus, ce n’est pas la même chose que de se connecter avec eux).

À l’inverse, vous voulez vous débarrasser des publications qui ne correspondent pas à vos intérêts. Si une mise à jour ennuyeuse ou ennuyeuse apparaît dans votre flux, cliquez sur les trois points dans le coin supérieur droit de ce message et sélectionnez Ne plus suivre. S’il s’agit d’un message d’un contact, vous resterez connecté, mais vous n’aurez pas à faire défiler tout ce qu’ils partagent.

Rendez-vous disponible
Si vous souhaitez augmenter vos chances d’établir des liens significatifs, vous devez informer les autres lorsque vous êtes disponible. LinkedIn vous permet de le faire via le système de messagerie intégré de la plateforme. Cela ne change pas vraiment qui peut vous envoyer un message, mais augmentera votre visibilité, ce qui pourrait faire la différence entre établir une connexion importante et passer à côté. Cependant, cette option ne conviendra pas à tout le monde, surtout pas à ceux qui préfèrent ne pas recevoir de demandes de chat non sollicitées.

Recherchez la barre d’outils sur le site Web et cliquez sur Moi> Paramètres et confidentialité> Confidentialité> Gérer l’état actif. Enfin, choisissez Vos connexions uniquement ou Tous les membres LinkedIn. Désormais, chaque fois que vous êtes connecté au site Web ou actif sur l’application mobile, vous apparaissez comme disponible pour chatter.

Démarrez une conversation
Comme le dit le mantra bien connu, vous sortez de LinkedIn ce que vous mettez. En d’autres termes, si vous vous cachez silencieusement, si vous commencez à publier des articles et des liens vers votre flux, votre visibilité augmentera.

Tout d’abord, pensez à ce que vous pouvez apporter avec un article: peut-être un lien vers certains de vos travaux récents, un bref article d’opinion sur l’état de votre industrie ou une galerie de projets en cours. Les bons types de contenu peuvent faire un double devoir d’auto-promotion et d’encouragement pour les gens – à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de votre réseau actuel – à se connecter avec vous.

Pour publier votre message, cliquez sur la case Partager un article, une photo, une vidéo ou une idée en haut du fil d’actualité. Avant de confirmer, cependant, assurez-vous que vos mises à jour sont liées à votre domaine, vérifiez-les soigneusement pour les erreurs et demandez-leur si elles plairont au type de personne qui vous suit sur LinkedIn.

Recevez des alertes pour vos recherches
La fonction de recherche LinkedIn est plus puissante que ne le laisse supposer la zone clairsemée en haut du site Web. Par exemple, il vous permet d’enregistrer les recherches afin que vous puissiez recevoir des alertes par e-mail lorsque de nouvelles correspondances apparaissent.

Commencez par cliquer sur le champ de recherche de l’interface Web et saisissez des mots clés pertinents liés à votre domaine de carrière. Sur la page de résultats, filtrez vos options. Pour trouver des contacts potentiels, choisissez l’option Personnes, puis cliquez sur le lien Créer une alerte de recherche à droite; pour rechercher des travaux, appuyez sur l’option Travaux, puis basculez le commutateur d’alerte de travail sur l’écran suivant sur Activé. Votre recherche de personnes vous enverra automatiquement de nouvelles correspondances chaque semaine, tandis que votre recherche de carrière peut vous envoyer de nouveaux e-mails d’emploi quotidiennement ou hebdomadairement.

Suivez les entreprises ainsi que les personnes
Vous pouvez penser à LinkedIn comme un endroit pour les profils individuels et les offres d’emploi, mais ne négligez pas l’utilité des pages de l’entreprise: celles-ci peuvent fournir un trésor d’informations pour faire avancer votre carrière, repérer la concurrence et en savoir plus sur votre choix. industrie.

Recherchez des entreprises à partir du champ de recherche principal, en utilisant des mots-clés pertinents pour votre domaine d’expertise. Ou cliquez simplement sur les noms de sociétés lorsque vous les trouvez dans, par exemple, des profils d’utilisateurs. Les entreprises publient souvent leurs propres mises à jour. Pour les voir apparaître dans votre fil d’actualité, cliquez sur le bouton Suivre sur n’importe quelle page d’entreprise. Les pages de l’entreprise peuvent également afficher des entreprises associées, des employés actuels et des postes disponibles, tous très utiles si vous êtes actuellement à la recherche d’un nouvel emploi.

Exportez vos connexions
Même si vous commencez à utiliser LinkedIn plus intentionnellement, les personnes que vous essayez de contacter peuvent ne pas répondre aux messages sur le site. Ou peut-être vous sentez-vous plus à l’aise avec l’approche traditionnelle des e-mails. Dans tous les cas, vous pouvez exporter des données sur vos contacts LinkedIn, ce qui vous permet de les utiliser avec d’autres programmes et services.

À partir de l’interface Web de LinkedIn, cliquez sur Moi> Paramètres et confidentialité> Confidentialité> Télécharger vos données> Choisissez et choisissez et cochez la case Connexions. Enfin, cliquez sur Request archive. Après quelques minutes, vous recevrez un e-mail indiquant que votre téléchargement est prêt. Ouvrez-le et vous verrez un fichier CSV (valeurs séparées par des virgules) avec des noms, des adresses e-mail et d’autres informations.

Vous pouvez maintenant brancher ce fichier dans l’application de messagerie ou de contacts de votre choix. Par exemple, avec Google Contacts, vous visitez le site Web et cliquez sur Plus> Importer> Fichier CSV ou vCard.

Précisez que vous êtes ouvert aux opportunités
Si vous recherchez activement un nouvel emploi, LinkedIn peut porter votre profil à l’attention des recruteurs qui trouvent des candidats avec l’outil de recrutement rémunéré du réseau. Cela signifie que vous obtiendrez plus de prospects de la part de nouveaux employeurs potentiels. Cependant, bien que LinkedIn indique qu’il «prendra des mesures» pour ne pas montrer à votre entreprise actuelle que vous cherchez du travail, il «ne peut garantir» une confidentialité totale. Alors réfléchissez bien avant d’activer ce signal.

Si vous décidez que le risque en vaut la peine, accédez au site Web LinkedIn et cliquez sur Moi> Paramètres et confidentialité> Confidentialité. Vous verrez une section intitulée Préférences de recherche d’emploi avec un interrupteur à bascule Faites savoir aux recruteurs que vous êtes ouvert aux opportunités. Changez le commutateur sur Oui.

Pendant que vous êtes dans ce menu, vous pouvez également cliquer sur Mettre à jour les intérêts de carrière pour filtrer le type d’offres que vous recherchez. Cela vous permet de définir votre statut d’emploi actuel, les emplois qui vous intéressent, le moment où vous souhaitez commencer et la taille de l’entreprise dans laquelle vous souhaitez travailler. Ce sont toutes des informations utiles pour les recruteurs, qui devraient les amener à vous envoyer des messages plus pertinents. Pour plus de détails, consultez cette page d’aide LinkedIn.

Personnalisez vos alertes
Votre compte LinkedIn peut vous éclairer avec des informations importantes sur votre carrière … ou vous distraire avec des mises à jour sans signification. Pour entendre les nouvelles qui comptent, sans garder le réseau sur un onglet de navigateur ouvert toute la journée, vous devez modifier le type d’alertes que vous recevez.

Comme Facebook et Snapchat, LinkedIn vous permet de contrôler vos notifications – même si vous ne vous connectez pas pendant des jours, le site peut envoyer des alertes importantes directement dans votre boîte de réception. Pour trouver les paramètres appropriés, accédez à Moi> Paramètres et confidentialité> Communications> Fréquence des e-mails. Cochez ensuite les options les plus pertinentes pour vous. Par exemple, vous pouvez choisir de recevoir ou d’éviter les e-mails concernant les invitations, les messages directs, les offres d’emploi, les mises à jour du réseau, les contacts rejoignant LinkedIn, les recommandations, les commentaires sur votre page, les faits saillants de votre flux, etc.

Améliorez votre profil
Lors de la création initiale de votre compte LinkedIn, vous vous êtes peut-être empressé de configurer votre profil. Mais c’est le premier regard d’un recruteur sur qui vous êtes, il vaut donc la peine de prendre un peu de temps maintenant pour améliorer sa qualité.

Cela peut prendre un certain temps, nous vous recommandons donc de modifier votre profil via le portail Web. Cliquez sur Moi> Afficher le profil pour commencer à apporter des modifications. En plus de sélectionner une bonne image de profil et de mettre à jour les informations de votre CV, assurez-vous d’écrire un paragraphe de résumé serré avec un « titre » convaincant (la petite biographie qui apparaît dans les recherches). Vous pouvez également modifier un peu plus votre profil pour qu’il reflète votre travail: ajoutez quelques liens, photos et vidéos qui montrent vos compétences.

Si vous prévoyez d’inclure un lien vers votre page LinkedIn sur des cartes de visite, des signatures de courrier électronique ou même des CV, vous voudrez qu’il soit beau. Alors, donnez à votre profil une URL courte et accrocheuse, qui incorpore votre nom complet ou même le titre de votre entreprise. Pour personnaliser l’adresse Web de votre profil, accédez à Moi> Afficher le profil> Modifier le profil public et l’URL.

Tirez parti de la puissance des groupes
Sur LinkedIn, rejoindre un groupe est un moyen utile d’en savoir plus sur un domaine particulier et d’y trouver des personnes influentes. Une fois que vous en avez rejoint un, vous pouvez consulter les résumés des articles les plus populaires que les membres ont publiés ou approfondir les mises à jour individuelles. Dans le processus, vous pouvez vous connecter avec des personnes partageant les mêmes idées, recevoir des conseils professionnels et rechercher de nouveaux rôles.

Rendez-vous sur la page d’accueil du site Web LinkedIn et cliquez sur Travail> Groupes. Vous pouvez créer un nouveau groupe à partir de zéro ou rejoindre un groupe existant. Recherchez des recommandations, en fonction de votre profil, dans le volet Découvrir. Vous pouvez également rechercher des groupes pertinents à partir du champ de recherche principal. Il vous suffit de filtrer par groupes après avoir saisi vos mots clés. Pour accéder au groupe de votre choix, cliquez sur Demander à rejoindre.

SEO AGENCE est une agence conseil en SEO.