L’équité du marketing de recherche

Nous comparons la stratégie de marketing numérique à la construction d’un actif solide, qu’il s’agisse d’une maison, d’un immeuble ou d’une entreprise prospère ; en ligne, nous construisons l’équité en marketing de recherche.
Vous construisez des actifs à long terme qui apprécient.
Vous ne prenez pas de raccourcis ou de risques fous.
Le retour sur investissement le plus élevé qu’une entreprise peut atteindre en ligne provient généralement du trafic naturel et organique des moteurs de recherche. Nous permettons la croissance du trafic dans ce domaine important en améliorant la visibilité organique d’une entreprise sur le marché, puis en optimisant la livraison de son site et l’expérience utilisateur qui s’ensuit, conduisant à plus de conversions et à de meilleurs résultats.
Nous avons un processus stratégique éprouvé pour augmenter la visibilité du marché organique grâce à la recherche, des informations sur le contenu alimentées par l’IA, des sites Web performants, de nouveaux flux de contenu pertinent, tous optimisés par des techniques avancées de référencement sur page et hors page allant de Schema Markup à la construction de liens haut de gamme.
L’un des moyens les plus simples de renforcer l’équité du marketing de recherche aujourd’hui consiste à optimiser la vitesse du site et l’expérience utilisateur pour les visiteurs.
Créer un contenu remarquable
Nous aidons nos clients à créer du contenu sur lequel les gens veulent faire des remarques. Et ce type de contenu déplace les prospects à travers les étapes de l’entonnoir de vente.
Augmentez votre visibilité sur Google
Un contenu remarquable correctement balisé pour Schema, associé à une stratégie de référencement intelligente et à des tactiques éprouvées, améliore votre classement dans les recherches, ce qui transforme le potentiel du marché en un trafic accru pour votre entreprise.
Créer du trafic de manière organique
Nous aidons les marques à créer un trafic organique, social et de référence + des liens entrants en créant un contenu remarquable, des sondages interactifs, des quiz et des calculatrices, des articles et des vidéos intrigants que les visiteurs souhaitent partager et promouvoir.
Nous commençons par la recherche. Et dans le domaine de la recherche organique, agence SEO Lille il n’y a pas de meilleure source de données sur votre site Web et son potentiel que Google lui-même sous la forme de Google Search Console.
À partir de là, nous identifions les opportunités, à savoir les phrases clés où Google a déjà reconnu votre potentiel, mais n’a pas encore élevé vos résultats à un niveau où personne ne vous a encore découvert. Nous appelons cela la recherche de vos « adolescents en difficulté », c’est-à-dire l’identification des phrases clés où vous vous présentez #13-#25, juste à côté de la première page riche en trafic de Google.
Il n’y a pas de meilleure source de recherche pour votre site Web et le potentiel qui peut être débloqué que Google lui-même via Google Search Console. Bing Webmaster peut fournir des informations similaires. Nous exploiterons ces sources et bien d’autres pour rechercher et quantifier pleinement votre opportunité de marché et établir une base de référence pour votre visibilité sur le marché.
Nous aidons les clients à comprendre le potentiel de déverrouillage de la recherche Google, y compris une évaluation réaliste des étapes, de l’investissement et du calendrier.

Le contenu et les KPI

L’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés les spécialistes du marketing de contenu est de ne pas savoir comment suivre l’efficacité de leur contenu. Beaucoup pensent que le marketing de contenu est subjectif et qu’il dépend de certaines mesures intangibles, mais ce n’est pas vrai. Il existe un large éventail de mesures spécifiques qui peuvent vous indiquer quelles stratégies génèrent réellement plus de trafic sur votre site, stimulent les conversions ou augmentent vos revenus. Tout ce que vous avez à faire est d’apprendre à séparer les bons indicateurs de performance clés de ceux qui peuvent vous distraire.

Dans cette optique, voici huit mesures impressionnantes que tout spécialiste du marketing de contenu devrait surveiller :

1. LE TAUX DE REBOND
Le taux de rebond indique combien de visiteurs quittent votre site après avoir consulté une seule page. Cette mesure vous donne un aperçu inestimable, en vous aidant à comprendre votre public cible. Il vous donne l’occasion de découvrir pourquoi une personne atterrit sur votre site et le quitte avant d’avoir effectué l’action souhaitée. Il peut s’agir d’une mauvaise vitesse de chargement de la page ? Peut-être que votre contenu n’est pas pertinent pour lui ou que l’attrait général du site n’est pas très positif. Qu’en est-il de votre menu et de votre navigation ? Sont-ils clairs et faciles à utiliser ?

Le seul problème avec cette mesure est qu’elle est généralement mal comprise, car elle peut parfois être assez obscure. Par exemple, si une personne clique sur votre lien depuis Facebook et quitte votre site après avoir lu votre article du début à la fin, cela compte quand même comme un rebond – c’est pourquoi vous ne devriez pas vous fier uniquement à cette mesure pour déterminer le succès de votre contenu.

« Rappelez-vous, attirer de nouveaux visiteurs sur votre site est important, mais les retenir et stimuler leur fidélité à votre marque est le fondement de votre stratégie de marketing de contenu. »

2. MESURES DE RÉTENTION
Le nom dit tout – les métriques de rétention montrent combien de personnes reviennent sur votre site. Ces mesures comprennent des éléments tels que les visiteurs qui reviennent et la fréquence des retours. Elles sont extrêmement importantes pour les spécialistes du marketing de contenu car elles montrent dans quelle mesure votre contenu trouve un écho auprès de vos lecteurs. S’il est suffisamment pertinent, informatif et attrayant, ils reviendront. Plus important encore, ils vous considéreront comme une source d’information fiable et digne de confiance. N’oubliez pas que le fait d’attirer de nouveaux visiteurs sur votre site est important, mais que les retenir et les fidéliser à votre marque est le fondement de votre stratégie de marketing de contenu.

3. TEMPS PASSÉ SUR LA PAGE
Il est bon de connaître le temps moyen que vos lecteurs passent sur votre site, car cela montre à quel point ils sont engagés dans votre contenu. Ainsi, si vous avez publié un guide complet de 2000 mots et que vous constatez que les gens le quittent au bout de deux minutes, cela signifie qu’ils ne le lisent pas. Il en va de même pour vos vidéos, infographies et podcasts. Si vos visiteurs n’ont pas envie de lire, regarder ou écouter votre contenu du début à la fin, cela signifie que vous ne ciblez pas les bonnes personnes ou que vous ne leur apportez pas de valeur.

Le problème majeur de cette mesure est qu’elle ne vous indique pas vraiment si vos lecteurs sont activement engagés. Par exemple, si quelqu’un ouvre votre article, mais se laisse distraire par un appel téléphonique et passe 15 minutes sur cette page sans lire une seule phrase, ce n’est pas de l’engagement – mais cela influencerait votre temps moyen sur la page. La seule façon de le rendre pertinent est d’utiliser des outils tels que Mouseflow ou Riveted qui surveillent les défilements, les mouvements de souris, l’utilisation du clavier et les clics des internautes pour mesurer leur engagement.

Vous pourriez même mettre en place un tableau de bord KPI personnalisé et combiner les widgets de différents outils pour surveiller vos KPI simultanément.

« Le marketing de contenu n’est pas seulement une question de créativité. Pour créer un contenu qui résonne vraiment auprès de votre public cible, vous devez suivre régulièrement ses performances. »

4. PAGES PAR VISITE
Pour donner à votre blog un coup de pouce au SEO (optimisation pour les moteurs de recherche) et améliorer l’expérience utilisateur, vous devez créer des liens internes – c’est la règle d’or du marketing de contenu. Les liens internes conduisent vos lecteurs vers d’autres articles pertinents pour eux, ce qui signifie qu’ils passeront plus de temps sur votre site et visiteront plus d’une page par visite. Bien sûr, plus le nombre de pages par session est élevé, plus votre contenu est attrayant, mais ce n’est pas forcément le cas. Si le nombre de pages par visite est élevé mais que le temps passé sur la page est faible, cela peut signifier que vos visiteurs cliquent sur votre site Web mais ne trouvent pas ce qu’ils recherchent.

5. SOURCES DE TRAFIC
La surveillance et le suivi de la source de trafic de votre site Web vous permettent de comprendre quels canaux de promotion du contenu fonctionnent pour vous. Avec Google Analytics, vous pouvez créer des codes de suivi et analyser le volume de trafic provenant de sources spécifiques.

Par exemple, les liens entrants naturels sont extrêmement importants, car ils montrent que vos lecteurs trouvent votre contenu suffisamment intéressant pour créer des liens naturels vers celui-ci. Plus important encore, ils vous indiquent quel contenu retient l’attention de vos lecteurs et vous aident à adapter votre stratégie à leurs besoins.

6. PARTAGES SOCIAUX
Un contenu génial apporte de la valeur. Lorsque vos lecteurs prennent conscience de cette valeur, ils commencent à partager vos articles. Chaque fois qu’ils appuient sur le bouton de partage de votre site, ils disent en fait : « C’est un contenu de grande valeur, regardez-le ». Si votre site est bien établi, vous devez absolument ajouter des boutons de partage social avec des compteurs qui vous indiquent, à vous et à vos visiteurs, dans quelle mesure les gens interagissent avec votre contenu. Avant tout, ce chiffre est un indicateur fort de l’importance de votre article et de la nécessité pour vos visiteurs de le lire.

7. PROSPECTS GÉNÉRÉS
La génération de leads est l’épine dorsale de votre entreprise et l’objectif principal du marketing de contenu. Plus précisément, les « leads générés » sont la mesure des leads qui proviennent directement de votre contenu – qu’il s’agisse d’achèvements, de signatures d’e-mails ou de demandes d’informations supplémentaires, etc. Cette stratégie est extrêmement importante car elle montre si votre contenu génère de réelles opportunités commerciales et s’il a une chance d’augmenter votre retour sur investissement.

8. LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT
Pour vous assurer que votre stratégie de marketing de contenu a du sens, vous devez toujours calculer votre retour sur investissement (ROI).

La formule est simple : (bénéfices générés – investissement initial) / (investissement initial).

Ainsi, si vous avez investi 300 euros et généré 1200 euros, votre retour sur investissement sera de trois (ou 300 %). Bien sûr, comme pour tout ce qui concerne le marketing numérique, le calcul du ROI n’est pas si simple. Pour en tirer le meilleur parti, vous devez également prêter attention à votre génération de prospects, au référencement, au trafic sur votre site Web, aux taux de conversion, au coût des logiciels et des outils, au coût de production du contenu, au coût de promotion du contenu et au temps passé à planifier votre stratégie de marketing de contenu, etc.

CONCLUSIONS
Le marketing de contenu n’est pas seulement une question de créativité. Pour créer un contenu qui trouve un réel écho auprès de votre public cible, vous devez suivre régulièrement ses performances. Ces mesures montreront l’efficacité de votre stratégie de marketing de contenu, vous indiqueront les stratégies à utiliser et celles à abandonner et vous aideront à augmenter votre retour sur investissement. Gardez à l’esprit qu’il n’existe pas de valeurs idéales à atteindre. Elles évoluent parallèlement à la croissance de votre stratégie de marketing de contenu.

SEO AGENCE est une agence SEO à Lille.

 

Utiliser les réseaux sociaux pour le business

Les médias sociaux sont un terme plus complexe qu’il n’est immédiatement évident, en particulier dans le paysage Web moderne. Alors que la majorité des jeunes générations ont au moins une certaine expérience de l’utilisation de plateformes comme Facebook, Instagram et Twitter pour rester en contact avec leurs amis et leur famille, de plus en plus d’entreprises les utilisent pour débloquer de nouvelles bases de clients. Contrairement à un site Web personnel, les plateformes sociales nous permettent d’interagir directement avec les clients pour encourager la confiance, l’intérêt et le commerce répété – nous ne devons pas compter uniquement sur les clients qui visitent notre site. Quelles que soient les opportunités commerciales que cela peut révéler, il y a plusieurs considérations lors de l’utilisation des médias sociaux à des fins professionnelles, SEO à savoir l’équilibre entre le contenu social et professionnel. Sans précaution, le matériel que nous publions en ligne peut nuire à notre réputation en tant que photographes et hommes d’affaires. Ici, nous explorons certaines choses à faire et à ne pas faire pour vous permettre de tirer le meilleur parti de votre présence en ligne.

Attirer le bon public
Quelle que soit la stratégie de médias sociaux que vous choisir d’adopter, il est essentiel qu’il vous connecte aux personnes susceptibles d’être intéressées par vos services. Réfléchissez au type de contenu qui vous permettra de fidéliser vos clients potentiels et de les fidéliser. N’oubliez pas que votre liste d’abonnés influencera la perception qu’ont les gens de votre marque.

Marquez intelligemment
La fonction des publications commerciales diffère du contenu social standard. Lors de la publication d’une image sur Facebook, Twitter ou Instagram, un indicateur de son succès n’est pas nécessairement le nombre total de likes, mais le nombre de personnes pertinentes qui la voient. Ajoutez des hashtags en rapport avec votre spécialité photographique, votre domaine de travail et votre type de sujet.

Restez dans le sujet
Bien que vous puissiez choisir d’introduire un ton sociable dans vos publications, il est important de vous rappeler la fonction du contenu que vous partagez. Bien que nous utilisions toujours le terme de médias sociaux, nous devons conserver une image professionnelle, en nous abstenant d’ajouter des commentaires potentiellement incendiaires, des opinions politiques ou d’autres éléments susceptibles d’influencer la façon dont les téléspectateurs vous voient en tant que marque. Restez largement neutre dans vos opinions pour maximiser votre attrait.

Conclusion
La façon dont vous utilisez les médias sociaux peut avoir des implications de grande envergure. Une stratégie bien planifiée peut augmenter votre visibilité vis-à-vis des sources potentielles de revenus, tandis que la négligence ou un contenu erroné peut avoir un impact négatif sur votre image professionnelle.

Les effets secondaires des GAFAs

Attention aux effets secondaires des GAFA

Partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques, rachats de sociétés du secteur, développement d’applications dédiées… Depuis quelques mois, les géants du numérique Google, Apple, Facebook, Amazon, Tencent, IBM, Alibaba, Microsoft et d’autres multiplient les incursions dans le secteur de la santé. Tout comme ils le font dans tant d’autres secteurs ? Pas exactement. Le secteur de la santé représente pour eux un enjeu bien plus important que ceux de l’industrie, de la distribution ou de la finance. Pour des raisons que Lambert Lacoste, responsable de mission Santé au cabinet conseil Alcimed, explique : « Il y a d’abord un élément contextuel : le numérique est désormais partout. De fait, les géants du numérique sont de plus en plus présents dans nos vies et, donc, dans notre santé. Ensuite, la médecine du futur repose essentiellement sur les données et, aujourd’hui, les experts en matière de collecte et d’exploitation des données, ce sont eux, pas les industriels de la santé ! » S’ajoute à cela la perspective d’un marché mondial qui croît en moyenne de 5,4 % par an et qui devrait atteindre 10 000 milliards de dollars en 2022, selon le cabinet Deloitte. Le marché de la santé est particulièrement hétérogène. Il va des hôpitaux, des cliniques et de la médecine de ville à l’analyse du génome et à l’imagerie, en passant par les médicaments, les traitements les plus avancés, le soin aux personnes âgées, les assurances et les mutuelles. Quel que soit leur métier, tous les acteurs partagent une certitude : la médecine de demain sera prédictive, préventive, personnalisée et participative. Et c’est grâce au numérique qu’il sera possible de mettre en œuvre cette médecine baptisée « 4P ». « Les géants du numérique sont les mieux placés pour répondre aux besoins dans ce domaine, confirme Arielle Le Bail, analyste chez Fabernovel. Ils possèdent à la fois le savoir-faire et les plates-formes. Si, par exemple, tous les examens sont réunis dans le dossier numérique d’un patient et accessibles facilement aux médecins, il n’est pas utile de les refaire. Cela se traduit par des économies et par une plus grande efficacité. » Jérémy Taïeb, chef de projet chez Fabernovel, qui a étudié l’écosystème de santé avec elle, cite un autre exemple : « En 2017, la revue Health Management Technology estimait à 150 milliards de dollars par an le coût lié au fait de ne pas se présenter aux rendez-vous médicaux et à ses conséquences rien qu’aux Etats-Unis. Gérer une plate-forme de prise de rendez-vous et de suivi en ligne est typiquement ce qu’une entreprise du numérique sait faire ! »

Une assistance médicale virtuelle
En matière de santé, les bénéfices du numérique sont nombreux et très variés. Le système cognitif Watson d’IBM assimile des millions d’informations en quelques secondes et propose un diagnostic ou un traitement que le médecin affine en fonction du patient. L’Apple Watch, grâce à un capteur, surveille le rythme cardiaque d’un patient et peut alerter son médecin en cas de problème. Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, soulage les médecins en répondant aux questions simples que les Britanniques posent au NHS, le service de santé publique, et, à en croire un brevet récemment déposé par Amazon, il serait bientôt en mesure de détecter une maladie en analysant la voix de la personne qui appelle. Facebook a pour sa part développé un algorithme de prédiction des suicides qui analyse les messages postés sur le réseau social et met la personne en relation avec un service d’aide et de prévention. Tencent, désigné champion national dans le domaine de la santé par le gouvernement chinois, permet aux patients de prendre rendez-vous et de réserver leur chambre à l’hôpital via la messagerie WeChat. Toutes ces applications sont rendues possibles par la conjonction des algorithmes d’intelligence artificielle (IA), des plates-formes numériques du Cloud et, surtout, par la disponibilité de grands volumes de données qu’il est possible d’analyser. Autant d’atouts qui sont dans les mains des géants du numérique.

Vers une privatisation des savoirs ?

Seuls 11% des Américains seraient prêts à partager leurs données avec les GAFA.
A première vue, ces applications sont plus que positives pour tout le monde. Elles améliorent la qualité des soins et le confort des patients. Elles facilitent le travail des praticiens en leur apportant au bon moment les informations pointues dont ils ont besoin. Elles contribuent à réduire les dépenses de santé en optimisant les traitements et leur observance, en évitant des hospitalisations ou tout au moins en réduisant leur durée au strict nécessaire. Pourtant, l’intérêt des grandes entreprises du numérique pour la santé et la médecine commence à inquiétercertainsobservateurs.«La question que nous devons nous poser en tant que société est : voulons-nous que les savoirs en matière de santé soient privatisés ou qu’ils deviennent un bien public ? » n’hésite pas à interroger Bart De Witte. DansuneinterviewaumagazineThe Innovator, cet ancien directeur de la santé numérique chez IBM et titulaire de la chaire de médecine du futur à Futur/io, un institut européen de recherche, explique qu’on dispose à présent de suffisamment de données pour nourrir les algorithmes d’IA, qui deviennent de plus en plus intelligents et opérationnels, et peuvent vraiment transformer les connaissances en médecine. Mais les investissements dans ce domaine sont actuellement réalisés par le privé – en grande partie par les géants du numérique – et le risque existe de voir ces connaissances peu à peu privatisées. Bart De Witte propose de créer une plate-forme sans but lucratif où les algorithmes développés seraient en accès libre, en mode open source, « sans quoi, SEO la santé risque de ne plus être accessible à tous »… Les initiatives des géants du numérique suscitent aussi des inquiétudes quant à leurs ambitions hégémoniques. Jusqu’où iront-ils ? En 2018, Amazon a créé Haven, une coentreprise avec Berkshire Hathaway, le conglomérat de Warren Buffett, et la banque JPMorgan Chase. Cette société va gérer les prestations santé et fournir soins et médicaments aux 1,2 million d’employés des trois entités. Pour l’instant… La même année, Amazon a racheté PillPack, une start-up de livraison de médicaments sur ordonnance. Le géant du commerce et de la distribution en 24 heures se positionne ainsi sur toute la chaîne de valeur du secteur. Quant à Google, ses filiales DeepMind, Verily ou Calico Labs, qui travaillent sur la santé, ont déjà déposé près de 200 brevets. Début 2019, Apple a développé une application pour Aetna, filiale de CVS Health qui assure les employés des entreprises américaines. L’application Attain récompense les clients d’Aetna qui portent une Apple Watch en fonction de leurs efforts pour augmenter leur activité physique ou améliorer leur alimentation… Les craintes portent aussi, bien évidemment, sur la confidentialité des données. Depuis mai 2018, l’Europe applique le règlement général sur la protection des données (RGPD), qui prévoit d’informer les internautes sur l’usage qui est fait de leurs données et d’obtenir leur consentement. Le scandale Cambridge Analytica et l’amende de 5 milliards de dollars infligée l’été dernier à Facebook par la Federal Trade Commission (FTC) pour ne pas avoir informé suffisamment ses utilisateurs sur la protection de leurs données personnelles montrent que la perception de ce sujet évolue également aux Etats-Unis. « Savoir à qui appartiennent les données de santé est crucial ; cela détermine qui peut les revendre, les utiliser et à quelles fins », souligne Arielle Le Bail. Une étude de Rock Health sur l’acceptation de la santé numérique aux Etats-Unis pointe que seulement 11 % des Américains interrogés seraient prêts à partager leurs données avec les grandes entreprises technologiques, alors qu’ils sont 72 % à accepter de les partager avec leur médecin. Cela n’empêche pas ces géants de négocier avec les hôpitaux. Ainsi, Facebook a conclu un partenariat avec le service radiologie de l’université de New York pour récupérer des données anonymisées sur les patients et entraîner l’algorithme qui pilotera son projet d’IRM.

Des millions de données de clients de GoDaddy compromises

Des millions de données de clients de GoDaddy compromises lors d’une attaque.

Le géant de l’enregistrement de noms de domaine et fournisseur d’hébergement GoDaddy a révélé hier à la Securities and Exchange Commission (SEC) qu’il avait subi une violation de sécurité. Cela montre aujourd’hui que la cybercriminalité est partout.

Dans sa notification, il explique avoir été compromis par un « accès tiers non autorisé à notre environnement d’hébergement Managed WordPress ». Le coupable inconnu à l’origine de l’attaque a volé jusqu’à 1,2 million de données de clients actifs et inactifs, notamment des adresses électroniques, des mots de passe d’administrateur WordPress originaux, des identifiants de protocole de transfert de fichiers sécurisés (sFTP) et de base de données, ainsi que des clés privées SSL.

La société a déclaré avoir pris des mesures pour sécuriser les comptes et l’environnement, notamment en réinitialisant les mots de passe et en empêchant le tiers non autorisé d’accéder à son système, et a indiqué qu’elle allait émettre de nouveaux certificats pour certains clients.

GoDaddy a d’abord détecté une activité suspecte dans son environnement d’hébergement Managed WordPress mercredi de la semaine dernière. Selon les premières investigations, l’intrus a utilisé un mot de passe compromis pour accéder à un code hérité dans l’environnement de GoDaddy afin de voler des données. Les enquêtes se poursuivent.

« Nous sommes sincèrement désolés de cet incident et de l’inquiétude qu’il suscite chez nos clients », a écrit Demetrius Comes, directeur de la sécurité informatique (CISO) de GoDaddy. « Nous, dirigeants et employés de GoDaddy, prenons très au sérieux notre responsabilité de protéger les données de nos clients et ne voulons jamais les laisser tomber. Nous tirerons les leçons de cet incident et nous prenons déjà des mesures pour renforcer notre système d’approvisionnement avec des couches de protection supplémentaires. »

Selon les chercheurs de Defiant Inc, développeurs de Wordfence-un plugin pour sécuriser les sites WordPress-GoDaddy a géré sFTP d’une manière qui ne suit pas les pratiques standard : « Il semble que GoDaddy stockait les informations d’identification sFTP soit en texte clair, soit dans un format qui pouvait être inversé en texte clair. Ils ont procédé ainsi au lieu d’utiliser un hachage salé ou une clé publique, qui sont tous deux considérés comme les meilleures pratiques de l’industrie pour sFTP. Cela permettait à un attaquant d’accéder directement aux informations d’identification du mot de passe sans avoir besoin de les craquer. »

Vous êtes client de GoDaddy ? Voici ce qu’il faut faire:
Si vous utilisez le service d’hébergement de GoDaddy et que vous ne savez pas si votre compte pourrait faire partie de ceux qui sont touchés, ne laissez pas cela au hasard. Agissez maintenant avant que quelqu’un ne profite de l’occasion pour prendre le contrôle de votre compte.

GoDaddy a fourni une bonne liste de mesures à prendre pour verrouiller un compte qui pourrait être potentiellement compromis :

Changez votre mot de passe et votre code PIN
Activez l’authentification à deux facteurs (2FA) si vous ne l’avez pas encore fait.
Modifiez les méthodes de paiement que vous avez enregistrées sur votre compte et supprimez celles que vous n’utilisez pas. Il serait également bon de garder un œil sur les transactions de votre compte bancaire et d’être prêt à signaler celles qui sont frauduleuses.
Supprimez l’accès délégué de toute personne que vous avez autorisée à accéder à votre compte.
Supprimez toute clé d’API inconnue en la supprimant.
Vérifiez que les coordonnées de votre domaine sont correctes pour éviter que quelqu’un ne s’en empare.
Déconnectez-vous à distance de votre compte GoDaddy, ce qui vous déconnectera de tous les appareils et navigateurs.
Soyez prudent !

SEO Agence est une agence web à Lille.

La recherche principale sur Bing est « Google »

La recherche principale sur Bing est « Google ». Ce qui en dit long sur la position de domination de Google sur le marché de la recherche sur internet.

Le terme le plus recherché sur Bing de Microsoft est « Google », déclare Google à un tribunal de l’Union européenne en faisant valoir que l’amende antitrust record de 4 milliards de livres devrait être annulée.

Le terme le plus recherché sur le moteur de recherche Bing de Microsoft est « Google », a déclaré Google à un tribunal de l’Union européenne.

Nous avons présenté des preuves montrant que la requête de recherche la plus courante sur Bing est de loin « Google » », a déclaré Alfonso Lamadrid, avocat de Google, au Tribunal de l’Union européenne à Luxembourg, comme l’a rapporté Bloomberg.

« Les gens utilisent Google parce qu’ils le choisissent, et non parce qu’ils y sont contraints », a ajouté M. Lamadrid. « La part de marché de Google dans la recherche générale est cohérente avec les enquêtes auprès des consommateurs qui montrent que 95 % des utilisateurs préfèrent Google aux moteurs de recherche rivaux. »

Google cherche à faire annuler une amende record de 4,3 milliards d’euros (5 milliards de dollars, 4 milliards de livres sterling) et une ordonnance antitrust qui a conclu que Google a injustement forcé les fabricants de téléphones mobiles Android à utiliser son application de recherche.

La Commission européenne a allégué que Google avait pris la décision stratégique de tirer parti de son logiciel Android pour assurer sa domination dans le domaine de la recherche.

Google fait toutefois valoir que son moteur de recherche est le plus populaire parce que les gens choisissent de l’utiliser.

Au moment de l’amende de 2018, Sundar Pichai, directeur général de Google, a déclaré qu’Android « a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins ».

Margrethe Vestager, à l’époque commissaire européenne à la concurrence, a déclaré que Google avait forcé les fabricants de téléphones Android à préinstaller son application de recherche et son navigateur Web Chrome, et en avait payé certains pour s’assurer qu’il s’agissait de la seule application de recherche préinstallée, ce qui signifie que seulement 1 % des personnes ont téléchargé une alternative.

Ces accords montrent que Google a mis toutes les chances de son côté, a déclaré Nicholas Khan, avocat de la Commission européenne.

« Google s’octroie la couronne de laurier avant même que la course n’ait commencé », a-t-il déclaré. « L’ampleur des pratiques justifie entièrement l’amende qui a été infligée ».

Selon la société de référencement Ahrefs, « Google » est en effet le premier terme de recherche sur Bing dans le monde, suivi de « YouTube », « Facebook », « Gmail » et « Amazon ».

Dans les recherches provenant des États-Unis, « Facebook » est en tête, suivi de « YouTube », avec « Google » en troisième position.

Les chiffres montrent que « Bing » lui-même est la septième recherche la plus populaire sur Bing aux États-Unis, et la dixième dans le monde.

Bing est le moteur de recherche par défaut des navigateurs de Microsoft, ce qui signifie que tous les termes autres que les adresses web tapés dans la barre d’adresse URL conduisent par défaut l’utilisateur à une page de résultats de recherche Bing.

SEO Agence est une agence en référencement naturel à Lille.

Google lance son « dark mode » pour PC

Google a récemment mis en place un thème sombre pour les pages de Google Search sur le bureau. Le mode sombre pour ses applications de recherche sur Android et iOS existe depuis un certain temps déjà.

Désormais, vous pouvez officiellement appliquer un thème sombre à la page d’accueil de Google également. Google indique que cette fonctionnalité sera déployée au cours des prochaines semaines. Dans cet article, nous allons voir comment vous pouvez activer les thèmes sombres pour la recherche Google sur PC et sur les smartphones.

Voici comment vous pouvez facilement activer le mode sombre pour la recherche Google sur PC en suivant ces étapes simples :

  1. Allez sur www.google.com
  2. Cliquez sur le bouton Paramètres dans le coin inférieur droit.
  3. Cliquez sur Paramètres de recherche
  4. Cliquez sur Apparence sur la gauche
  5. Choisissez Sombre et cliquez sur Enregistrer

Dans les paramètres d’apparence, vous pouvez également choisir Device default, qui définira le mode clair ou le mode foncé en fonction des paramètres du système. Une fois que vous avez défini le thème sombre sur la recherche Google, la page d’accueil Google, la page des résultats de recherche, la page des paramètres Google.

Vous pouvez également accéder à Paramètres > Paramètres de recherche et cliquer sur Thème sombre : Désactivé dans le menu contextuel.

Malheureusement, il n’y a pas d’option pour définir le mode sombre en fonction de l’heure de la journée, ce qui est une option courante pour les paramètres du mode sombre dans les apps et les services.

Si vous ne parvenez pas à trouver les nouveaux paramètres du mode sombre de la recherche Google, cliquez sur ce lien qui vous mènera directement aux paramètres d’apparence.

SEO AGENCE est une agence web à Lille.

L’importance des liens contextuels

Cette semaine, deux chercheurs de Google ont répondu à des questions sur l’emplacement des liens sur une page Web et sur la différence entre les liens dans le corps du texte et les liens dans le pied de page, l’en-tête, le contenu de base, etc.

Zineb de Google a répondu à cette question sur Twitter en français :

je laisserai faire l’algo. Les liens sitewide en footer ou en header n’ont pas un très grand poids en général.
Je laisserai faire l’algo. Les liens sitewide header et footer n’ont pas un très grand poids en général.

Google semble donc accorder moins de poids aux liens d’en-tête et de pied de page dans l’ensemble du site, ce qui relève du bon sens pour la plupart d’entre vous.

Est-il important que la zone de contenu principal contienne beaucoup de liens vers des domaines externes et peu de liens vers d’autres pages du même domaine ? Est-ce que cela dégrade la qualité de cette page ?
D’une part, il s’agit de la zone de la page où se trouve le contenu principal, le contenu sur lequel porte la page, et non le menu, la barre latérale, le pied de page ou l’en-tête…

C’est donc un élément que nous prenons en compte et nous essayons d’utiliser ces liens.

L’autre chose à garder à l’esprit est que vous devez vous assurer que la structure des liens est claire sur votre site. Cela peut arriver si vous avez une structure claire avec une barre latérale, un menu…

Mais si vous n’avez pas de structure de liens claire, et que nous ne trouvons qu’un tas de liens vers des sites externes, il se peut que nous ne puissions pas vraiment explorer le reste de votre site correctement parce que nous ne pouvons pas le découvrir correctement.

Pour en savoir plus, nous vous renvoyons sur l’article relatif au Netlinking, de l’agence spécialiste SEO Inside.

Avoir une bonne stratégie de référencement

Dans cette industrie, nous passons beaucoup de temps à échanger des tactiques et des idées de référencement pour un bénéfice mutuel.
C’est une chose merveilleuse. Toutes les industries ne le font pas.
Malheureusement, nous investissons moins de temps à discuter de la façon de développer nos propres stratégies de référencement.
Bien que chaque stratégie de référencement soit – et devrait être – différente, il existe une stratégie sous-jacente pour développer des stratégies.
Voici cinq choses dont chaque stratégie de référencement a besoin.

  1. Une carte mentale
    Une carte mentale est un endroit pour construire votre stratégie à partir de zéro. Une carte mentale est simplement une série de catégories ramifiées, s’étendant généralement du centre, passant de catégories plus générales à des catégories plus spécifiques, les idées devenant plus granulaires.
    Ce n’est pas une visualisation de votre stratégie finale. Une carte mentale existe non pas pour vous aider à présenter votre plan, mais pour vous aider à y réfléchir.
    Les cartes mentales sont des outils qui vous aident à envisager votre processus de réflexion d’une manière qui vous permet de combiner plus facilement les idées en vous aidant à voir comment elles s’intègrent dans leur ensemble. Ils aident à réduire la charge que votre stratégie impose à votre mémoire de travail afin que vous puissiez vous concentrer sur la réflexion et le brainstorming.
    Vous pouvez utiliser un outil comme Mind Meister, ou vous pouvez simplement noter vos idées lorsqu’elles vous parviennent au format visuel.
    Le principal avantage de l’utilisation d’une carte mentale est sa capacité à vous aider à penser de manière non linéaire.
    L’utilisation d’une carte mentale vous permet de tout voir à la fois, dans une structure qui ressemble à la manière en réseau de fonctionner avec votre véritable cerveau, donc je vous suggère fortement d’en utiliser une lorsque vous développez votre stratégie SEO.
  2. Une représentation visuelle
    Une fois votre stratégie plus concrète, vous aurez besoin d’un document plus approfondi et professionnel que votre carte mentale.
    Gardez à l’esprit ce qu’est une stratégie: un plan.
    Cela signifie que vous avez des objectifs, des tâches spécifiques attachées à ces objectifs, certaines tâches qui doivent précéder d’autres, des tâches récurrentes qui devront être itérées et affinées, et des sous-tâches qui deviendront plus nombreuses et spécifiques au fil du temps.
    Vous devez être en mesure de présenter tout cela rapidement et facilement à votre client et à vos équipes, et vous devez le faire dans un format suffisamment simple pour que toutes les parties le comprennent et l’éditent.
    Vous pouvez utiliser Google Sheets, Trello, Workzone, Basecamp ou tout ce que vous préférez. L’outil spécifique n’est pas aussi important que votre méthode d’utilisation.
    Toutes les parties doivent savoir immédiatement comment lire le plan et apporter des modifications si nécessaire. Il doit également être clair:
    Quelle tâche est affectée à qui.
    Quelles tâches suivent la première.
    Quelles tâches sont récurrentes, planifiées, en cours et terminées.
  3. Une compréhension de l’entreprise
    Que vous soyez un SEO interne ou externalisé, vous devez avoir une solide compréhension de l’entreprise afin de réussir toute stratégie de référencement. Vous devez savoir quelles forces vous pouvez exploiter afin d’obtenir le plus de valeur SEO possible, quelles tactiques fonctionneront le mieux pour l’identité de marque et ce qui vous gêne.
    Voici quelques-uns des facteurs les plus importants à prendre en compte lors de l’élaboration de votre stratégie:
    Quelle est la proposition de vente unique du produit?
    Nous pouvons faire référence à une ligne de produits ou à un seul produit, mais quel que soit le cas, nous devons savoir ce qui rend notre entreprise différente pour que toute stratégie fonctionne. Cela aura un impact important sur les types de sensibilisation qui auront du sens, le type d’audience que nous voudrons cultiver, le type de mots clés que nous suivrons, et bien plus encore.
    Quelle est la vision de l’entreprise?
    Nous devons aller plus loin que de savoir dans quelle industrie nous sommes et que nous voulons être rentables, si nous voulons générer le type de vagues qui affectent la visibilité dans les moteurs de recherche. Creusez profondément dans cet énoncé de vision pour rechercher des idées qui guideront vos objectifs stratégiques et vos mesures. Si votre énoncé de vision ne le fait pas pour vous, vous voudrez peut-être envisager d’élaborer un nouvel énoncé de vision pour votre propre campagne, qui sert le but.
    Où l’entreprise souffre-t-elle vraiment en ce moment?
    C’est l’une de ces choses qui peuvent vous sembler évitables au début, mais qui s’infiltrent et déciment toujours une stratégie (ou un service ou un partenariat) de référencement si elle n’est pas annihilée. Comprenez ce que l’entreprise a vraiment besoin de voir et ne peut vraiment pas s’adapter avant de vous engager dans une stratégie.
  4. Une compréhension du public
    Vous devez savoir qui est votre public, ce qui signifie bien plus que les mots clés qu’il recherche.
    Voici quelques éléments que vous devez déterminer, soit en parlant à votre client, en sondant votre public, en parcourant certains hangouts Internet pertinents, ou tout ce qui précède et plus encore:
    Dans quelle mesure acceptent-ils le marketing, les ventes incitatives, etc.?
    Si vous avez déjà consommé quoi que ce soit dans l’industrie de l’entraide, vous avez peut-être remarqué à quel point les gourous sont à l’aise »dans cette industrie sont prêts à revendre leur public, même dépenser une partie dédiée d’une présentation payante pour la publicité de leurs autres produits. Alternativement, si vous avez déjà passé du temps à vous connecter à quoi que ce soit sur Reddit, vous savez qu’ils sont hypersensibles à tout type de promotion. C’est quelque chose dont vous devez être très conscient lorsque vous développez votre stratégie.
    Quel est leur niveau de connaissance?
    Parlez-vous à des gens qui savent tout sur leur sujet et qui riront de quiconque essaie de partager du matériel d’introduction? Parlez-vous à des gens qui sont complètement inconscients des jargons de l’industrie?
    Dans quelle mesure sont-ils proches de l’industrie?
    Votre public est-il consommateur (B2C) ou entreprise (B2B)? Ces personnes connaîtront-elles intimement votre industrie, ou presque entièrement en dehors de celle-ci? Sont-ils intéressés à mieux comprendre l’industrie ou se soucient-ils uniquement de la façon dont vos produits peuvent leur être utiles?
  5. Objectifs précis
    Pour qu’un objectif soit utile, il doit être précis, et pour qu’il soit précis, nous devons nous concentrer davantage sur les pièces de travail et leur assemblage que sur un montant particulier.
    Nous devons être délibérés lorsque nous choisissons nos métriques et KPI
    Oui, nous voulons que les revenus augmentent plus vite que les coûts, et oui, il peut être utile de se fixer un objectif financier. Nous devons certainement fixer des objectifs assortis de délais.
    Cependant, une stratégie consiste à atteindre des objectifs qui ont un impact spécifique sur l’entreprise, son orientation et son avenir, et le fonctionnement de l’entreprise elle-même. Cela signifie que nos mesures doivent refléter ce qui se passe avec les pièces de travail elles-mêmes. Cela pourrait signifier des liens et de l’autorité, cela pourrait signifier des classements, ou cela pourrait signifier du trafic de recherche organique.
    Le fait est que tout le monde devrait s’entendre sur les mesures qui ont du sens et pourquoi.
    Je crois fermement en la valeur des objectifs orientés tâche par rapport aux objectifs KPI. En effet, en particulier en ce qui concerne le marketing entrant et le référencement, notre impact sur les KPI est indirect. Pour cette raison, je crois en la fixation d’objectifs pour les projets, en respectant ces objectifs, puis en mesurant l’impact et en ajustant la stratégie en réponse.
    Il s’agit d’une approche qui est plus susceptible de conduire à des connaissances et à une optimisation réelle, au lieu de trouver des moyens de manipuler les KPI tout en perdant de vue l’impact à long terme.

SEO Agence est une agence conseil SEO à Lille.

L’automatisation sur l’internet

J’ai récemment écrit sur la puissance de l’automatisation intelligente; c’est-à-dire, l’automatisation suralimentée par une couche d’intelligence artificielle. Le numérique rencontre et vient même de s’appuyer sur l’IA dans l’analyse prédictive, l’analyse automatisée des ventes, la recherche et l’agrégation d’informations, les communications automatisées (pensez aux chatbots et au courrier électronique), et même aux assistants personnels virtuels.
À travers les canaux numériques, les campagnes et les tactiques, il semble que rien ne soit épargné par l’automatisation. Et pourtant, le degré d’automatisation et la quantité d’IA qui informe les décisions prises peuvent varier considérablement. L’automatisation intelligente n’est pas une perspective tout ou rien – il existe de nombreuses façons différentes de travailler aux côtés des machines révolutionnant le numérique.
En fait, ceux qui comprennent le mieux la collaboration avec des machines intelligentes détiennent les clés pour faire avancer le numérique.

Regardons l’industrie automobile pour un cadre d’automatisation de modèle qui illustre à quel point la technologie a un impact sur l’expérience humaine dans une tâche définie. La Society of Automotive Engineers a créé sa norme Levels of Driving Automation pour définir les six niveaux d’automatisation dans l’industrie automobile sans conducteur.
Du niveau 0 à 5, les tâches qu’un conducteur humain doit entreprendre diminuent, tandis que les caractéristiques technologiques augmentent.
Au niveau 0, le conducteur est seul et doit constamment diriger, freiner, accélérer, signaler et autrement contrôler tous les aspects des performances de la voiture. Au niveau 3, elle peut être dans le siège du conducteur, mais diverses fonctions de conduite automatisée sont engagées. Les conditions doivent être réunies pour un fonctionnement automatisé et la machine peut lui demander de prendre le relais à tout moment.
L’aide au maintien sur la voie, le régulateur de vitesse adaptatif et le stationnement automatique sont quelques exemples de fonctions de conduite automatisée que vous pourriez rencontrer dans un véhicule de niveau 3 ou 4. (Comme Lance Eliot l’a souligné récemment à Forbes, nous n’avons pas encore vu un véritable niveau 5 – une voiture vraiment automatisée et sans conducteur – en action. Le département américain des Transports s’attend à ce que nous voyions des voitures entièrement sans conducteur à partir de 2025 et au-delà).
Nous pouvons appliquer ce type de cadre pour nous aider à mieux comprendre l’opportunité d’automatisation intelligente pour les SEO. Et bien que l’industrie automobile ait toutes sortes de réglementations et de lois en place pour protéger la sécurité publique, vous êtes beaucoup plus libre d’explorer les limites de l’automatisation intelligente en numérique (et en SEO, en particulier), tant que vous respectez la confidentialité des utilisateurs.

Niveau 1: SEO manuel
Le référencement naturel des jours passés était presque entièrement manuel et incroyablement long. Cela ne veut pas dire que le style de référencement plus intensif en main-d’œuvre ne se produit toujours pas aujourd’hui; il y a encore quelques SEO qui travaillent dur dans Excel, vérifiant et optimisant manuellement les sites. Le référencement manuel vous donne un contrôle complet sur toute votre stratégie de recherche, de la sélection des backlinks au niveau individuel aux optimisations minutieuses sur tout le site. Mais avec 53% du trafic du site Web provenant de la recherche organique – les opportunités de capitaliser et d’évoluer sont immenses.
Cependant, il est tout simplement impossible d’ingérer, d’analyser et d’activer les données de recherche à n’importe quelle échelle sans automatisation. Le référencement manuel peut être incroyablement efficace, mais cette valeur est réduite par chaque occasion manquée causée par une mise en œuvre lente et les frais généraux coûteux d’une équipe d’experts.

Niveau 2: automatisation simple
Certains des outils que vous utilisez dans le référencement aujourd’hui sont probablement issus du besoin des référenceurs précédents d’automatiser des tâches manuelles telles que la recherche de mots clés et le suivi des classements. Les outils SEO de deuxième génération ont commencé à automatiser les optimisations de contenu (au moins, en soulignant les opportunités d’optimisation).
L’automatisation simple consiste presque exclusivement à réduire le travail manuel pour les tâches simples. Rassembler le même ensemble de données à intervalles réguliers, comme les classements quotidiens sur des mots clés spécifiques, par exemple. Parcourir le Web pour trouver des liens vers votre site.
Une automatisation simple réduira le travail consacré à ces tâches, libérant du temps et de l’énergie pour des activités plus créatives et stratégiques. Considérez ce niveau d’automatisation SEO comme un régulateur de vitesse – vous pouvez retirer le pied de la pédale et laisser la machine faire le travail, mais vous gardez toujours le contrôle de la voiture.

Niveau 3: Application de l’IA pour des informations
Au niveau 3, notre logiciel de référencement devient beaucoup plus intelligent grâce à une analyse artificiellement intelligente. À ce stade, la voiture se conduit elle-même, mais uniquement sous certaines conditions.
Depuis votre place au volant, vous contrôlez les entrées que vous alimentez vos outils de référencement et définissez ce que vous souhaitez comme résultats. Grâce à l’analyse d’ensembles de données massifs (bien plus que vous ne pourriez jamais l’explorer vous-même), vous êtes en mesure de glaner de plus grandes informations et de prendre de meilleures décisions.
Vous pouvez automatiser le processus d’analyse du contenu de votre site et demander à votre logiciel de renvoyer des recommandations d’optimisation basées sur vos mots clés sélectionnés, par exemple. Cela peut éclairer vos efforts de création de contenu et vous assurer que vous passez le temps dont vous disposez sur les domaines susceptibles d’avoir le plus d’impact.

Niveau 4: interactions en temps réel
La voiture se conduit elle-même, mais vous ne pouvez pas faire preuve de prudence face au vent et la sortir dans toutes les conditions. Dans le monde des voitures sans conducteur, un véhicule de niveau 4 peut même ne pas avoir de volant ou de pédale de frein installés. Dans un cas d’essai au Japon en 2018, par exemple, un taxi sans chauffeur a transporté des tarifs payants sur un itinéraire défini à travers les rues maniaques de Tokyo.
Les chatbots sont un excellent exemple d’une automatisation de niveau 4 en numérique. Les SEO sont un choix naturel pour conduire une stratégie d’IA conversationnelle, car les consommateurs se tournent souvent vers les chatbots comme une extension de l’expérience de recherche. Qu’ils interrogent par texte ou par voix, les consommateurs connectés se tournent vers des assistants automatisés intelligents pour les aider à résoudre leurs besoins immédiats. Qui comprend le parcours de ce client et quels éléments de contenu répondent le mieux à ses questions mieux que l’équipe SEO? Si les chatbots sont traités en fonction des ventes, il est important que le marketing (et la recherche en particulier) affirme sa volonté d’être consulté, voire de diriger.

Niveau 5: prise de décision en temps réel et optimisations automatisées
La voiture entièrement autonome peut se conduire elle-même, mais son indépendance est une illusion. La voiture, en ce qui concerne le marché, s’appuiera sur des équipes de concepteurs, d’ingénieurs et de développeurs qualifiés pour créer et entretenir les systèmes qui lui permettront de prendre des décisions et de prendre des mesures dans l’instant pour assurer la sécurité de ses passagers.
Et il en va de même avec un logiciel de recherche entièrement intégré à l’IA. Des outils disparates qui n’automatisent qu’une poignée de fonctions sont tombés au bord du chemin à mesure que les plates-formes ont évolué pour garantir que toutes les fonctions sont capables de partager des données et de se parler ». Permettre aux machines de hiérarchiser les tâches et de décider quelles optimisations peuvent être exécutées en temps réel, au fur et à mesure que les consommateurs expriment leurs besoins, permet aux marques d’être pleinement réactives et même proactives dans la personnalisation de l’expérience de recherche.
Ne restez pas en possession de la clé Ajoutez du talent automatisé à votre équipe
Permettez-moi de nous un mécanicien comme un exemple générique. Être mécanicien est un métier parfaitement respectable. Cependant, dans 20 ans, une personne possédant uniquement ces compétences aura du mal à trouver un emploi. Le mécanicien qui améliore ses compétences aujourd’hui, qui étudie actuellement l’ingénierie ou la sécurité des transports ou le développement de logiciels automobiles, garantit son employabilité lorsque des voitures sans conducteur arrivent sur le marché.
Ces compétences mécaniques seront toujours nécessaires, mais elles devront être complétées par une solide compréhension des systèmes informatiques qui conduisent la voiture. Ils devront être capables et désireux de travailler aux côtés des machines.
Les référenceurs ont aujourd’hui la possibilité d’élever leur rôle et de gérer eux-mêmes certaines fonctions de référencement avec l’automatisation et d’être les CMO ou CDO de demain quelque chose (que mon entreprise) fait avec BrightEdge Autopilot Surtout s’ils peuvent se positionner comme le meilleur choix pour travailler aux côtés de Level 5 systèmes.
Le large impact de la recherche sur l’ensemble du parcours client numérique donne aux référenceurs un large éventail de compétences et de perspectives sur lesquelles bâtir et éventuellement mener. Pour tirer parti de cette opportunité, les professionnels de la recherche doivent être prêts à adopter l’IA non pas comme un outil, mais comme un partenaire numérique collaboratif, auquel on peut faire confiance pour prendre les bonnes décisions lorsqu’ils sont guidés par la bonne stratégie.
Trop souvent, les spécialistes du marketing se retrouvent dans un débat mitigé sur le mérite d’un canal numérique sur l’autre, les avantages et les inconvénients de l’intelligence artificielle et les opportunités pour la prochaine promotion. La réalité est que dans tout écosystème florissant, l’équilibre est essentiel. Il en va de même pour la recherche et le marketing numérique. C’est particulièrement le cas pour le référencement car travailler dans un environnement techniquement orienté demande beaucoup de travail et beaucoup d’équilibre compte tenu de son influence sur le contenu et tous les canaux numériques.
Ceux qui peuvent embrasser intelligemment les progrès de l’IA et de l’automatisation sont en fait ceux qui souhaitent obtenir cette prochaine promotion et élever leur rôle dans le numérique. Après tout – en réalité, ils ont déjà des membres supplémentaires dans leur équipe.

SEO Agence est une agence SEO à Lille.