LinkedIn temporairement désindexé de Google

LinkedIn s’est retrouvé désindexé des résultats de recherche Google mercredi, ce qui peut ou non se produire en raison d’une erreur de leur part.

Le signe révélateur d’un domaine entier étant désindexé de Google effectue une recherche de « site: » et ne voit aucun résultat.

C’était exactement le cas avec LinkedIn plus tôt dans la journée:



Il n’y a eu aucun résultat pour LinkedIn dans Google du matin tôt au milieu de l’après-midi mercredi – environ 10 heures au total.

Il ne fait aucun doute que cela a eu un impact significatif sur le trafic de LinkedIn pour la journée, mais le site lui-même était toujours accessible.

Les utilisateurs peuvent toujours visiter LinkedIn en accédant directement au domaine ou en cliquant sur des liens ailleurs sur le Web.

Pour être clair – le site n’était pas en panne, il était juste désindexé de Google.

Comment est-ce arrivé?
La question du jour est de savoir comment cela s’est produit en premier lieu?

Ni LinkedIn ni Google n’ont officiellement commenté le sujet au moment d’écrire ces lignes.

Cependant, il existe quelques explications.

LinkedIn peut avoir supprimé la version HTTP du site
John Mueller a publié ce matin un tweet qui visait peut-être indirectement LinkedIn.


Il est possible que LinkedIn se soit retiré par inadvertance de l’index de Google en supprimant la version HTTP de son site dans la Search Console.

Si tel est le cas, ce qui n’a pas été confirmé, SEO Lille LinkedIn peut l’avoir fait dans le but de canoniser la version HTTPS de son site.

Chrome pour Android peut apporter un mode sombre aux résultats de recherche Google

Chrome pour Android peut apporter un mode sombre aux résultats de recherche Google

Depuis même avant le lancement d’Android 10, Google a mis un accent particulier sur la mise en mode sombre de ses applications et services, en particulier sur Android. Maintenant, Chrome pour Android s’efforce de mettre le mode sombre sur la page de résultats de recherche Google d’une manière inhabituelle.
Google Chrome pour Android a son propre mode sombre, depuis plus d’un an maintenant, assombrissant presque toutes les parties de l’interface utilisateur de l’application, y compris le fil de découverte sur la page du nouvel onglet. Dans cet esprit, il peut être quelque peu frustrant d’effectuer une recherche Google dans votre Chrome élégant et sombre et de recevoir une page de résultats de recherche aveuglément blanche.

Il semble que Google se prépare à bousculer le statu quo, selon un nouveau changement de code ajouté tard ce soir au référentiel de code source Chromium. Le code ajoutera un nouveau drapeau à chrome: // flags, qui offre une description assez simple.

Afficher le SRP sombre pour Chrome Android

Si cette option est activée, les utilisateurs verront une page de résultats de recherche assombrie si Chrome est en mode nuit comme bien.

# enable-android-dark-srp

Si nous prenons la description à sa valeur nominale, dans un proche avenir, la page de résultats de recherche de Google aura un thème sombre, très probablement semblable au thème sombre proposé par l’application Recherche Google sur Android. Il semble étrange, cependant, que des modifications devraient être apportées à Chrome pour que cela se produise, plutôt qu’au site de recherche Google lui-même.

Il existe, bien sûr, des moyens plus simples et sans doute plus efficaces pour que Google puisse atteindre cet objectif d’assombrir la page de résultats de recherche que de modifier Chrome. Par exemple, la plupart des navigateurs Web modernes sont en mesure de basculer les sites Web entre leurs schémas clair et sombre en fonction du paramètre de mode sombre de leur appareil, grâce à la fonctionnalité «préfère le schéma de couleurs» de CSS. Son utilisation permettrait à d’autres navigateurs comme Firefox et Safari de profiter automatiquement du thème sombre.

Pour l’instant, nous ne pouvons pas être sûrs de ce que Google change spécifiquement dans Chrome pour y arriver, car aucun changement de code n’a encore été publié. Une La théorie plausible que j’ai est que Chrome peut choisir d’utiliser sa capacité intégrée pour «forcer» les sites Web à être sombres, SEO Lille comme le montre la recherche Google ci-dessous. Inutile de dire que nous garderons un œil sur plus de détails au cours des prochaines semaines.

L’immobilier sur internet

Avec l’avancement de la technologie, Internet est devenu l’un des meilleurs outils pour recueillir des informations sur n’importe quoi. Différents moteurs de recherche regorgent d’articles informatifs, de blogs et de diverses autres choses. Tout ce qu’une personne doit faire est de mettre le mot clé requis et le moteur de recherche affiche des centaines de résultats correspondant à sa requête.

En plus de parler à vos amis, de lire des nouvelles et de regarder des vidéos, vous pouvez même tout acheter, du plus petit stylo à la plus grosse maison. Oui! Il est possible d’acheter une maison sur Internet. Cependant, il existe un certain nombre de directives à suivre lors de la recherche d’une maison sur Internet.

Connaître le type de propriété Lorsque vous écrivez le mot immobilier dans la barre de recherche, des millions de résultats vous seront proposés. Il est donc conseillé de préciser le type de bien que vous souhaitez acheter. Voulez-vous acheter une propriété à titre d’investissement ou sera-t-il utilisé comme domaine commercial ou résidentiel? Après avoir réduit votre recherche, formation seo Lille commencez par la chercher. Vous pouvez maintenant être plus précis avec votre mot clé et vous rapprocher de votre recherche. Vous pouvez également écrire le nom du lieu avec le mot-clé pour rendre la recherche plus précise.

Site fiable Lorsque vous recherchez une propriété en ligne, n’oubliez pas de contacter un site Web fiable. Prenez le temps de bien faire les recherches. Vérifiez si le site Web vend les propriétés de la bonne manière ou non. C’est quelque chose qui nécessite toute votre attention car cela implique beaucoup d’argent. Assurez-vous que vous avez affaire aux bonnes personnes.

Pour en savoir plus sur la page Web, parcourez leurs conditions générales et lisez-les attentivement. Lisez la page «à propos de l’entreprise» et assurez-vous que celle-ci dispose d’une base de clients satisfaits. Assurez-vous également que la société est active dans le secteur immobilier depuis longtemps.

Contacter la société Parlez avec les professionnels de l’entreprise par téléphone ou rencontrez-les en personne avant de vous lancer dans n’importe quel type de transaction en ligne. Vous devez vraiment vous assurer que la société existe réellement avec de vraies personnes. Si aucun numéro de téléphone n’est présent sur leur site Web, envoyez-leur un e-mail et demandez les détails requis.

Entrer en contact avec l’entreprise en ligne est la chose la plus simple. Toutefois, si vous souhaitez en savoir plus sur la propriété que vous souhaitez acheter, effectuez une inspection oculaire à la vue. Internet nous a facilité la vie, mais il a augmenté le risque de traiter avec des fraudeurs. Par conséquent, avant de signer le contrat, assurez-vous que la propriété existe réellement et qu’elle est en phase avec vos besoins.

Ce sont là certaines des choses les plus importantes dont il faut se rappeler lors de la recherche de tout type de propriété en ligne. Si vous voulez mettre la main sur la meilleure maison, ne vous précipitez pas et prenez votre temps pour faire tout le travail de recherche. Bonne recherche de maison !!

Comment l’acquisition de sites peut booster votre SEO

Parfois, je me demande comment l’optimisation des moteurs de recherche en soi n’est pas encore un cours universitaire. Le référencement est non seulement important, mais il devient de plus en plus important chaque jour. C’est une partie tellement vaste et en constante évolution de l’expérience Internet. Pour être honnête, je rêve parfois d’un bon classement SEO comme objectif en soi. Sans même plaisanter, j’imagine simplement le nom de mon site Web au sommet de la montagne avec le titre le plus audacieux, les sous-titres invitants et les extraits les plus intéressants que vous pouvez trouver sur Internet.

Cela peut sembler étrange, mais je pense que ce fantasme est justifié. Un bon référencement est presque comme un bonsaï – vous travaillez dessus pendant des années et des années, mais quelques erreurs peuvent vraiment vous coûter cher. Et je vais juste aller de l’avant et le dire, un bon référencement est le meilleur marketing. Cela semble être une déclaration audacieuse à faire, mais les études qui ont été faites au fil des ans étayent cette affirmation.

93% des expériences en ligne commencent par un moteur de recherche
75% des personnes ne font pas défiler la première page de Google
Les leads SEO ont 14,6% taux de conversion plus élevé
Si c’est le premier sur Google, c’est pour une raison. C’est pourquoi le jeu SEO est si intéressant – la compétition est à un niveau tel que le référencement devrait être le premier sport des Jeux olympiques sur Internet.

Premiers principes
Alors, comment obtenir de bons classements SEO? Tout d’abord, suivez les principes de base. Pour que votre site Web ait une chance, vous devez lui donner des jambes solides. D’après mon expérience, les choses les plus importantes sont

Recherche et intégration de mots clés
Contenu
Expérience utilisateur
Depuis 2012, Google ajuste son algorithme à l’excellence. Son objectif est de trouver le meilleur contenu le plus utile sur le Web et de le coupler avec les recherches des utilisateurs. Avant d’écrire des mots clés sur votre page était suffisant pour vous mettre en relation avec ces recherches de mots clés. Le niveau de qualité de Google a tout changé.

Aujourd’hui, il ne suffit tout simplement pas de démarrer votre blog et d’espérer un succès rapide en produisant un tas de contenu médiocre. Désormais, obtenir le meilleur classement de recherche organique pour des mots clés compétitifs est un tout jeu de balle différent.

Non seulement votre contenu est évalué en lui-même, mais Google suit également la façon dont les utilisateurs l’évaluent et l’utilisent – les taux de rebond et de clics. Google veut vraiment que ses utilisateurs soient satisfaits parce que Google veut qu’ils reviennent. En bref, votre meilleur pari est de suivre les étapes de base et, plus tard, d’inclure d’autres stratégies. Avec le temps, vous développerez une bonne réputation et une avance SEO plus forte. Dans cet article, je vais parler d’une de ces stratégies: la stratégie multi-domaines.

Si votre site Web se porte bien et que vous commencez à réaliser des bénéfices supplémentaires, vous pourriez penser à acheter un autre site Web.

Ce n’est pas une pratique très courante ni suggérée très souvent, mais certaines entreprises le font depuis longtemps avec beaucoup de succès. Par exemple, Neil Patel a des sites Web comme CrazyEgg et QuickSprout.

La stratégie essentiellement à domaines multiples signifie que deux sites Web représentent une marque et qu’en ciblant un mot clé, ils augmentent les chances de cliquer sur l’un d’entre eux.

Garder à sachez qu’il s’agit d’une stratégie à long terme. Si vous voulez un coup de pouce rapide dans votre classement SEO, vous voudrez peut-être penser à une solution rapide comme obtenir quelques nouveaux backlinks, ou simplement vérifier si tous vos propres liens envoient vos visiteurs au bon endroit.

C’est pourquoi j’ai suggéré que votre tasse déborde – votre autre domaine doit être aussi bon que votre premier, sinon cela va juste nuire à vos notes. En outre, vous pouvez diffuser vos différents services ou marques sur différents domaines, puis les lier en un seul endroit sur chaque site Web. Je vous suggère de les lier au pied de page et d’utiliser la même conception de pied de page pour chaque domaine. Si vous utilisez déjà différents domaines qui vont être conçus différemment et fonctionner de différentes manières, avoir un point de connexion clé comme constante est une bonne chose.

Mais tout dépend de ce que vous visez – ce pourrait être une tactique de marque si vous en avez besoin.

Quand utiliser une stratégie à plusieurs domaines
Un avantage de diffuser vos services, marque ou des produits dans différents domaines, cela facilitera la navigation des utilisateurs.

Avoir un domaine conçu et optimisé dans un seul but aidera vos clients à obtenir ce qu’ils veulent sans trop de tracas. Cela s’appelle répondre à l’intention du chercheur. Si un visiteur atterrit sur votre site Web et ne voit pas ce qu’il recherche, il peut aller ailleurs. C’est pourquoi il est parfois mauvais d’avoir un site Web surpeuplé. Les visiteurs quittant votre site Web peuvent augmenter votre taux de rebond, ce qui vous donnera en fin de compte un score de qualité inférieur et donc un classement inférieur.

N’oubliez pas, tout comme le pompage de votre site Web avec des mots clés ne suffit pas, l’achat de biens immobiliers Google ne suffit pas non plus. En revanche, avoir une page optimisée avec un objectif affectera votre taux de clics et probablement vos prospects et vos ventes – qui est, je pense que nous pouvons tous être d’accord, l’objectif ultime.

Si vous travaillez dans un créneau qui n’a pas beaucoup de concurrence, exécuter une stratégie à plusieurs domaines avantages.

Une faible concurrence signifie que vous pouvez utiliser différents domaines avec des expressions de mots clés similaires. Vous pouvez diviser vos services en différents domaines, chacun offrant un contenu unique. Google est plus susceptible de placer deux domaines différents dans les résultats pour une phrase clé que de placer deux URL du même domaine.

Tout dépend de la façon dont vous travaillez et à quel stade de développement. Je ne saurais trop insister sur ce point: Google recherche vraiment le meilleur contenu, le plus populaire. Il cherche ce que les utilisateurs veulent et fait de son mieux pour ne pas être trompé. Si votre site Web ne se classe pas dans les cinq premiers, disons, SEO Lille l’exécution de plusieurs domaines peut être un pas en arrière. Vous risquez de perdre l’autorité de lien et il pourrait être une meilleure décision de fusionner les sites. Il n’est pas nécessaire d’essayer de sauver deux «navires en train de couler». En revanche, si «votre tasse est pleine et débordante», créer un autre domaine pourrait vous aider à cimenter votre site Web au sommet de la montagne.

Liez vos domaines
Le dernier point, mais très important, est de lier vos sites entre eux! Vous devriez avoir un point de rencontre facile à trouver sur votre site Web à partir duquel vos utilisateurs peuvent naviguer. L’une de vos options consiste à utiliser des redirections 301 pour parcourir votre audience existante et maintenir le jus de lien.

Si vous avez un site Web WordPress, vous pouvez utiliser le plugin 301 Redirects pour rediriger les visiteurs d’un domaine vers l’autre ou entre eux. Vous aurez peut-être un domaine que vous considérez comme votre «principal» et un autre à partir duquel vous enverrez votre trafic. Et même si vous le faites, cela pourrait et probablement changera au fil du temps. Ce plugin peut rediriger vos visiteurs temporairement ou définitivement, selon vos besoins. Peut-être que vous voulez plus d’action sur votre site «pas si important» de temps en temps, ou peut-être que vous avez un concours ou un contenu qui expire. C’est un excellent moyen d’utiliser des redirections temporaires.

Les redirections 301 vous permettent de créer des redirections 301 (redirections permanentes) et 302 (temporaires) .C’est très simple, intuitif et facile à utiliser. Il vous aidera à garder une trace et à organiser toutes vos redirections et vous pouvez même exporter des redirections en masse et les appliquer sur d’autres sites.

Avec les entreprises qui apparaissent chaque jour, il devient plus difficile de saisir même un peu de présence en ligne. Google évolue à une vitesse vertigineuse, et un bon référencement est un must en 2020. Presque tous les créneaux sont remplis de concurrence et pour cela, vous devrez utiliser toutes les stratégies disponibles.

La stratégie multi-domaines vous aidera à développer votre présence en ligne, et si c’est le bon moment pour l’implémenter, suivez simplement ce guide. Le reste consiste à faire du bon travail, à créer un bon contenu et à s’efforcer d’être le meilleur.

Sauver le journalisme avant que le coronavirus ne le détruise

Il ne semble pas qu’il y a longtemps que les fonds de secours d’urgence aient été utilisés pour aider les personnes écrasées par des catastrophes naturelles; maintenant, le plus grand moteur de recherche du monde en a lancé un pour sauver le journalisme.

Google et le soutien de la presse

L’impact de Covid-19 sur l’industrie de l’information a été si terrible que Google a annoncé son intention de verser jusqu’à «des dizaines de milliers de dollars» aux salles de rédaction du Royaume-Uni. Compte tenu de l’ampleur de la crise, qui survient après des années où Google lui-même a été la cause de tant de perturbations, cela revient à jeter quelques planches de bois à ceux qui sont au milieu d’un tsunami.

Rien que la semaine dernière, des journaux nationaux, dont le Telegraph, le Financial Times et le Guardian, ont mis leur personnel en congé et annoncé de nouvelles réductions de coûts après avoir annoncé une forte baisse des revenus. L’analyse Enders, qui prévoit une baisse de 50% des revenus publicitaires cette année, estime le coût potentiel total pour l’industrie à environ 650 millions de livres sterling une fois les baisses de diffusion incluses. Ceci malgré des niveaux de trafic et d’engagement record lecteurs en ligne. Les revenus numériques du Guardian dépassent également ceux de l’imprimé. Imaginez l’impact sur les petits journaux privés d’investissement ou de compréhension des propriétaires.

Les craintes concernant l’avenir de l’actualité dans un écosystème numérique, dans lequel le faux et le clickbait prospèrent, n’ont rien de nouveau; mais cette crise a mis les choses en relief. Un virus pourrait porter le coup final à certaines parties d’une industrie aux prises avec un marché défaillant.

Le virus va tuer la presse

À moins que l’action ne soit rapide, le paysage médiatique post-Covid sera un endroit sombre dans lequel un journalisme précieux se perd dans un tourbillon de désinformation. Celui où une «infodémie» de quoi que ce soit va en ligne devient la norme éventuelle.

Un gouvernement conservateur qui a déjà nationalisé les chemins de fer et déclaré que les journalistes sont des travailleurs clés pendant cette crise semble prêt à intervenir. Jeudi dernier, le ministre des médias, John Whittingdale, a rencontré des personnalités du secteur pour discuter de la voie à suivre.

Si le journalisme doit être sauvegardé en tant que bien public essentiel, il reste encore beaucoup à faire – non seulement par le gouvernement avec des fonds publics, mais aussi par les entreprises technologiques qui ont bénéficié d’un marché dysfonctionnel et par l’industrie des journaux elle-même.

Pour commencer, l’industrie de l’information doit prouver pourquoi un héritage dans la presse écrite justifie tout type de traitement spécial: elle peut le faire en fournissant le type de nouvelles et d’informations qu’une démocratie mérite et exige. Nous pouvons tous ne pas aimer les différents journaux, voire les chroniqueurs, mais le journalisme qui fait une réelle différence – du scandale de Windrush au meurtre de Stephen Lawrence aux dépenses des députés – coûte de l’argent, mais dans le système actuel dominé par les géants mondiaux de la technologie, le le marché ne le soutient pas.

La presse et l’internet

Il y aura un débat long et sans doute amer sur ce qui constitue un bon journalisme. L’industrie a un code de conduite, mais depuis trop longtemps, il n’a pas été correctement respecté. Dans le monde post-Covid, lorsque le monde de l’information doit prouver ses pouvoirs, cela ne devrait plus être le cas.

Google, Facebook, Apple et Twitter partagent une grande part de responsabilité dans le gâchis dans lequel nous nous trouvons – leurs dirigeants ont passé des années à rejeter le journalisme d’actualité comme le télécopieur de cette époque, tout en empochant d’importantes sommes d’argent du contenu qu’il fournit. Les initiatives de la salle de rédaction numérique et la recherche payante ne font rien d’autre que mettre un brillant brillant sur ce fait.

Vendredi, le NUJ a lancé son propre plan de relance des nouvelles qui proposait une taxe exceptionnelle de 6% sur les entreprises numériques. C’est une bonne idée, mais en tant que ponctuelle, il n’est pas clair comment cela pourrait fonctionner à long terme. Facebook et Google ont au moins pris des mesures ces dernières semaines pour soutenir les journaux en cette période de crise, contrairement à Apple. Ce dernier continue de réduire de 30% tous les nouveaux abonnements aux nouvelles numériques via ses applications iOS – il en va de même pour tous les paiements uniques. Apple pourrait au moins suspendre ces paiements pour le moment.

L’idée même de l’intervention de l’État – évoquée pour la dernière fois Février 2019 par la Cairncross Review dans les journaux – est susceptible de provoquer l’indignation à la fois de ceux de l’industrie qui y voient une attaque contre le quatrième domaine et de ceux qui ne croient pas que le journalisme mérite un financement public.

Ni les principaux groupes de journaux ni le gouvernement n’ont soutenu les appels lancés dans la revue de Cairncross pour un institut public d’information. J’ai parlé à Frances Cairncross, qui a dirigé le rapport, pour parler de la crise actuelle. «Les pressions sont si imminentes et si puissantes qu’il y a un danger que beaucoup de bonnes choses qui, autrement, auraient survécu, soient détruites», dit-elle.

Il y a des choses immédiates qui pourraient être faites et qui gagneront probablement le soutien à la fois d’une industrie opposée à toute intervention de l’État – et d’une Thatcherite comme Whittingdale. Pour commencer, le gouvernement pourrait utiliser l’argent public pour payer la publicité locale, non seulement pour ses propres messages, mais pour soutenir les industries locales actuellement fermées par le verrouillage. Le Danemark, comme de nombreux pays nordiques, a une histoire du soutien de l’État au journalisme remplaçant plus ou moins la publicité dans les journaux par des fonds publics cette année. Prolonger les allégements fiscaux à la TVA annoncés dans le budget et permettre aux journaux de demander des allégements tarifaires aux entreprises, même s’ils doivent continuer à fonctionner, sont d’autres mesures possibles.

Ce sont de petites bières par rapport au type de financement public recommandé par Cairncross et soutenu par le NUJ. Il est certainement temps d’envisager au moins un soutien à plus long terme.

Les grandes questions sont de savoir d’où vient cet argent et quel type de journalisme il soutiendra. Utiliser l’argent public pour soutenir le journalisme qui a longtemps été diminué par les propriétaires avides sera aussi mauvais que de permettre aux plateformes en ligne de déchirer le pacte de base de l’actualité.

Le modèle actionnarial de propriété des informations a échoué bien avant que les plates-formes numériques innovantes ne montrent ses inefficacités. Les groupes de journaux locaux, tels que Johnson Press et d’autres, les agences de presse d’actifs ne peuvent plus atteindre 30% de marges bénéficiaires qui sont alors dépensé en dividendes et en suites exécutives plutôt qu’en salles de rédaction. Le NUJ demande que l’argent public soit retenu des entreprises qui l’utilisent pour licencier des personnes, réduire les salaires ou bloquer la reconnaissance syndicale tout en distribuant de gros bonus – cela semble tout à fait raisonnable.

Une taxe numérique pour soutenir la presse

La taxe exceptionnelle du NUJ sur les groupes numériques est également une bonne idée, mais sera-t-elle durable? Il serait certainement préférable de réorganiser en permanence la manière dont le contenu est payé en ligne via des accords de licence.

Face aux demandes historiques sur les deniers publics, il sera vrai que le gouvernement actuel se tournera vers la BBC pour l’aider. Ce serait une erreur et pourrait s’avérer impopulaire. Ayant retardé les paiements des plus de 75 ans et intensifié son offre de service public avec éducation et plus pendant la pandémie, la BBC fait face à un avenir à court d’argent. Ce serait une parodie s’il était maintenant obligé d’aider encore plus les informations locales, ayant déjà fait grimper le coût de 150 millions de livres sterling pour le Local Democracy Reporting Service.

Le monde post-Covid est susceptible de voir moins d’argent pour tout le monde, bien sûr, à l’exception de Jeff Bezos et Mark Zuckerberg. Nous devrons tous déterminer ce qui doit être soutenu avec des ressources limitées. Même discuter du soutien de l’État au journalisme montre à quel point le secteur de l’information a chuté. Mais si nous acceptons que le journalisme est vital pour la société et que le modèle économique actuel ne fonctionne pas, alors quelque chose doit être fait, non seulement par le gouvernement mais par nous tous.

Google doit payer les éditeurs de presse

L’autorité de régulation française a jugé que la réutilisation par Google des actualités publiées par les médias est injuste en vertu des lois sur le droit d’auteur actuelles et, à ce titre, l’entreprise doit payer les éditeurs pour afficher des extraits d’actualités dans les résultats de recherche et dans Google Actualités.

La France n’est pas le premier pays à rendre une décision à ce sujet mais travaille également à son application sur Google et probablement sur d’autres moteurs de recherche. En 2019, une réforme paneuropéenne du droit d’auteur a été adoptée, ce qui a obligé les moteurs de recherche comme Google à payer les médias pour l’utilisation de leurs extraits de nouvelles dans la recherche. Des pays comme l’Allemagne et l’Espagne ont déjà adopté leur propre version de la loi et l’Espagne a même rendu obligatoire le paiement des éditeurs, forçant Google à arrêter complètement son service Google Actualités.

En septembre 2019, Google a écrit un article de blog fortement rédigé pour clarifier sa position. Le géant de la recherche a déclaré: «Nous vendons des annonces, pas des résultats de recherche, et chaque annonce sur Google est clairement indiquée. C’est aussi pourquoi nous ne payons pas les éditeurs lorsque les internautes cliquent sur leur liens dans un résultat de recherche.  » Google a depuis changé la façon dont il affiche les actualités en France, qui affiche désormais uniquement les titres et non les extraits du site Web.

Cependant, les régulateurs français ont riposté en déclarant que l’incapacité de Google à payer les éditeurs pour l’utilisation de leur travail « avait gravement et immédiatement endommagé le secteur de la presse ». L’autorité a également déclaré que la décision de Google de « ne plus afficher d’extraits d’articles, de photographies, d’infographies et de vidéos dans ses différents services (Google Search, Google News et Discover), à moins que les éditeurs ne l’autorisent gratuitement » comme un comportement déloyal.

Dans la pratique, la grande majorité des éditeurs de presse ont accordé à Google des licences d’utilisation et d’affichage de leur contenu protégé, et ce sans négociation possible et sans rémunération de Google. De plus, dans le cadre de la nouvelle politique d’affichage de Google, les licences qui lui ont été accordées par les éditeurs et les agences de presse lui offrent la possibilité de contenu qu’auparavant.

Dans ces conditions, outre leur saisine au fond, les saisissants ont demandé l’ordonnance de mesures conservatoires visant à interdire à Google d’engager de bonne foi des négociations pour la rémunération de la reprise de leur contenu.

  • Régulateurs français (en français, traduit par TechCrunch) Enfin, les autorités françaises ont donné à Google un délai de trois mois pour négocier de bonne foi avec les éditeurs et garderont un œil sur l’entreprise pour en assurer le suivi. Depuis l’entrée en vigueur de la loi européenne sur le droit d’auteur en France l’année dernière, nous nous sommes engagés avec les éditeurs pour accroître notre soutien et nos investissements dans l’actualité. Nous respecterons l’ordonnance de la FCA pendant que nous l’examinerons et continuerons ces négociations.

Quand Google explique les liens et les classements

Quand Google explique les liens et les classements

Dans un Hangout Google après les heures de bureau, John Mueller de Google a répondu à une question sur les liens et les classements.

En cours de route, il a démontré que parfois ce que nous pensons savoir sur le référencement n’est pas tout à fait correct.

Il a ensuite offert des conseils sur la façon de se battre pour le meilleur classement.

Tout le monde sait que vous avez besoin de liens

L’éditeur a commencé par poser une question en déclarant que «tout le monde sait» que les liens dofollow sont nécessaires pour les classements.

Et c’est là que l’éditeur s’est trompé.

Donc, une partie de la réponse à leur question est qu’ils doivent prendre du recul et considérer qu’il y a peut-être des lacunes dans ce qu’ils savent sur le référencement.

Il n’y a aucune honte à considérer qu’il y a un manque de connaissances.

Tout le monde profite de garder l’esprit ouvert.

Voici la question:

Tout le monde sait qu’un lien dofollow contribuera à gagner un rang en plus de nombreux autres signaux. Donc, personne ne me relie à un lien dofollow car cela coûte aussi du jus de lien pour eux.

Alors, comment un débutant comme moi peut-il développer mon site Web si personne ne veut me donner des liens de suivi?

Et de nombreux grands sites ont mis en place des politiques de nofollow à l’échelle du site, il est donc presque impossible pour moi en tant que débutant d’obtenir un lien dofollow à partir d’un grand site.

Comment un débutant peut-il grandir en 2020 ou devrait-il écrire du contenu et attendre indéfiniment?

Le système de Google est-il le même que ceux qui ne favorisent que les grands joueurs?

Ou Google proposera-t-il de nouvelles règles pour les liens qui ne feront pas de distinction entre les types de liens?

Ne présumez pas que vous savez tout sur le référencement

Eh bien, apparemment, tout le monde n’a pas reçu la note que les liens dofollow ne sont plus nécessaires pour les classements.

Les liens non suivis peuvent également être utiles.

L’éditeur posant la question tentait de résoudre leur problème sans être pleinement informé du référencement, notamment avec l’état des liens.

Si vous voulez être bon en marketing de recherche, ne vous entourez pas de personnes moins bien informées que vous.

Entourez-vous de gens qui peuvent contester ce que vous pensez savoir.

Je fais du marketing de recherche depuis 20 ans et la meilleure entreprise sur Facebook, Twitter, les forums et en personne est toujours avec quelqu’un qui connaît son métier et peut m’apprendre quelque chose de nouveau.

Même si je travaille dans le secteur depuis 20 ans, je reste vigilant car je suppose toujours qu’il y a plus à apprendre.

La réponse de John Mueller a commencé par remédier au manque de liens dofollow:

« Donc pour ce dernier, je pense que nous sommes déjà dans cet état, nous utilisons le nofollow comme signal. Ce n’est pas le cas que nous ignorons complètement ces liens.

Surtout dans certains endroits, nous avons vu que de nombreux nouveaux sites Web sont uniquement liés à des liens nofollow et il serait dommage que nous ne puissions pas découvrir ces liens et les afficher dans la recherche.

C’est quelque chose où nous essayons d’utiliser davantage le nofollow comme signal. « 

Cela signifie que quels que soient les problèmes de classement de l’éditeur qui a demandé la quête, Agence SEO Lille il ne s’agit pas d’un manque de liens dofollow.

L’éditeur se concentre sur la mauvaise chose.

Blâmer le manque de liens dofollow est une excuse pour les mauvais classements.

Ce n’est pas une explication pour les mauvais classements.

Il est facile de saisir une excuse pour expliquer pourquoi un site ne se classe pas.

Il vaut mieux être ouvert d’esprit et explorer toutes les raisons pour lesquelles un autre site se classe et pourquoi le vôtre ne l’est pas.

Se contenter d’une excuse ferme la porte sur la façon d’améliorer le classement et le trafic.

Ne vous contentez pas des raisons évidentes (exemple: ils ont plus de liens dofollow).

Parce qu’une fois qu’une personne saisit une excuse, la guerre pour les meilleurs classements est perdue.

Comment se battre pour les meilleurs classements

Mueller poursuit en expliquant que le champ de bataille pour les meilleurs classements existe sur une zone plus large que de simples liens:

En général, je pense que cela vaut également la peine de penser à la situation dans son ensemble sur le Web et pas seulement de supposer que vous devez toujours simplement obtenir des liens, puis vous serez affiché dans la recherche.

Mais plutôt, vous vous ouvrez essentiellement comme une entreprise en tant que vitrine dans une grande ville et c’est à la fois le cas que vous ne devriez pas simplement attendre que quelqu’un recommande votre entreprise ni le cas que vous devriez simplement ouvrir votre entreprise et vous genre de lien attendez dehors et voyez si quelqu’un viendra et voudra visiter votre entreprise.

Mais vous devez plutôt faire différentes choses pour promouvoir votre entreprise.

Et parfois, vous faites des choses pour attirer l’attention sur votre entreprise de manière à encourager les gens à prendre note et à remarquer que cette entreprise existe et qu’ils font de très bonnes choses, puis les gens viendront et, au fil du temps, des recommandations viendront également.

Ce n’est donc pas quelque chose qui se produit automatiquement. Il se peut que vous deviez faire de la publicité pendant un certain temps pour faire avancer les choses.

Il se peut que vous deviez faire une sorte d’activité spéciale pour vous démarquer encore plus que vous ne le feriez autrement.

Mais en gros, ouvrir un site Web, c’est un peu la même chose que d’ouvrir une entreprise et vous devez faire diverses choses pour faire bouger les choses et, à un moment donné, si vous faites un excellent travail, si vous faites quelque chose de vraiment fantastique pour les gens, vous obtiendrez des recommandations de diverses personnes.

Et ces recommandations pourraient prendre la forme de liens dofollow. Ils pourraient prendre la forme de liens nofollow.

Il pourrait s’agir simplement de recommandations générales sur les réseaux sociaux, où les gens disent, eh bien, cette entreprise fait un excellent travail, vous devriez le vérifier.

Et vous pourriez simplement faire venir plus de gens.

Donc, avec tout cela dit, je dirais que vous devez penser plus que simplement regarder des liens et plutôt réfléchir à la façon dont vous pouvez développer une entreprise en général qui implique toutes sortes d’activités. »

Six points à retenir pour améliorer votre classement


Il y a six points à retenir de la réponse de Mueller:

Google utilise de nouvelles règles qui permettent aux liens nofollow de compter comme un signal de lien. Cela ne signifie pas que le spam de commentaires nofollow spam va fonctionner. Cela signifie qu’un lien nofollow normal à partir de sites Web normaux peut compter comme un lien.
Cela profite aux sites qui opèrent dans des niches où les sites ont tendance à se lier les uns aux autres avec des liens nofollow.
La promotion d’une entreprise ne se limite pas à l’obtention de liens.
Générer du trafic vers un site Web consiste à être proactif et similaire à générer du trafic vers une brique et un mortier. Dans les deux cas, vous devez trouver des moyens de faire en sorte que votre entreprise soit différente afin d’être remarquable et meilleure que vos concurrents.
Évitez les excuses pour expliquer pourquoi vous n’êtes pas classé. Vous ne saurez JAMAIS pourquoi votre site ne parvient pas à se classer en choisissant les croûtes de ce qui ne va pas avec votre site.
Se concentrer sur ce que vous pensez être faux ne vous aidera pas nécessairement à mieux vous classer. Se concentrer sur toutes les façons de faire passer le mot est plus productif.
Aperçu des bonus
À mon avis, se concentrer sur ce qui ne va pas avec votre site n’est pas une bonne stratégie.

La meilleure stratégie consiste à se concentrer sur les raisons pour lesquelles les sites les mieux classés sont les mieux classés.

Mais concentrez-vous sur plus que les signaux de classement traditionnels couverts de poussière.

Au lieu de cela, concentrez-vous sur les innovations qui rendent un site classé important pour les utilisateurs.

Microsoft et Google annulent les mises à jour de leurs navigateurs

Microsoft vient d’annoncer qu’il aligne son travail de développement de navigateur sur celui de Google.Ainsi, après que le géant de la recherche a décidé de mettre à jour le calendrier Chromium et d’ignorer la version 82 de son navigateur, la société fait la même chose avec Microsoft Edge.

Le nouveau Edge basé sur Chromium ignorera complètement la version 82, a confirmé Microsoft aujourd’hui. La prochaine version majeure est Microsoft Edge 81 prévue pour début avril, tandis que la version 83 arrivera à la mi-mai.

La décision est due à l’épidémie de coronavirus, qui maintient de nombreux développeurs à la maison, et la sortie de nouvelles versions de navigateur nécessite généralement un travail de compatibilité supplémentaire pour résoudre tout problème qui pourrait survenir.

«À la lumière des circonstances mondiales actuelles, l’équipe Microsoft Edge suspend les mises à jour du canal stable pour Microsoft Edge. Cela signifie que Microsoft Edge 81 ne sera pas promu Stable tant que nous n’aurons pas repris ces mises à jour », a annoncé Microsoft aujourd’hui.

«Nous apportons ce changement pour être cohérent avec le projet Chromium, qui a récemment a annoncé une pause similaire en raison de calendriers ajustés et par souci de minimiser l’impact supplémentaire sur les développeurs Web et les organisations qui sont également touchés. »

Les autres canaux de Microsoft Edge continueront d’être mis à jour normalement, donc si vous utilisez les versions Canary, Dev ou Beta des navigateurs, les nouvelles versions devraient continuer à atterrir au même rythme qu’auparavant.

Microsoft Edge est désormais basé sur Chromium, il est donc disponible à la fois sur Windows et macOS (une version Linux du navigateur est également supposée être en préparation, mais un ETA n’est pas encore disponible). Les modifications ici s’appliquent évidemment à toutes les plates-formes où Edge est disponible.

Microsoft indique que de plus amples informations seront publiées dans les prochains jours, d’autant plus qu’une nouvelle version stable est imminente.

Comment Alexa, Siri et Google vous écoute…

Vous êtes-vous déjà demandé comment Alexa peut vous comprendre ou Google peut déchiffrer ce que vous dites et fournir des résultats de recherche. Ou comment Siri peut vous raconter une blague une fois que vous la demandez /. Bien que l’intelligence artificielle ait beaucoup à voir avec la précision avec laquelle les entreprises technologiques ont pu déchiffrer ce que vous essayez de communiquer. La branche spécifique utilisée pour l’IA est appelée traitement du langage naturel. Bien que toujours dans ses phases initiales de développement, la technologie évolue rapidement. IBM a récemment annoncé qu’elle étendrait les services de son programme de traitement du langage naturel aux utilisateurs professionnels.

Qu’est-ce que le traitement du langage naturel et comment fonctionne-t-il?
Le traitement du langage naturel est la façon dont nous interagissons avec une machine. Le travail principal d’une machine est de comprendre et de comprendre ce qui lui est dit. Pour ce faire, l’appareil utilise des algorithmes basés sur un ensemble de commandes ou de conditions. Ainsi, on lui enseigne les bases d’une langue – la grammaire, la syntaxe – puis on part pour déterminer comment la percevoir. L’application la plus élémentaire a été les vérifications orthographiques et grammaticales qu’un Microsoft Word exécute. Une version un peu plus avancée serait les assistants personnels.

Alors, quelles sont les techniques utilisées pour le traitement du langage naturel et pourquoi est-ce difficile?
La raison pour laquelle les ordinateurs n’ont pas pu apprendre le traitement du langage naturel ou la PNL est parce que le langage est compliqué et qu’il n’y a pas une seule façon de le déchiffrer. Par exemple, même le logiciel de langage le plus sophistiqué peut se tromper sur la grammaire car il peut percevoir une phrase différemment d’un humain. Deux techniques sont suivies dans le traitement du langage pour améliorer les résultats. L’une est appelée analyse syntaxique. Il s’agit d’une technique de traitement du langage d’entrée de gamme, où l’ordinateur détermine si le langage naturel suit les règles grammaticales. Les algorithmes appliquent de telles lois à une phrase et tentent d’en tirer un sens. L’autre méthode est un peu plus compliquée et s’appelle la sémantique. Cela a plus à voir avec la structuration des phrases et leur donner un sens.

Que fait IBM?
IBM a utilisé son système d’intelligence artificielle appelé Watson pour créer Project Debater. Le débatteur peut parcourir une multitude de documents pour comprendre quels sont les points essentiels, puis argumenter. Il a également battu un humain dans une compétition de débats. Et, comme tout système d’apprentissage automatique au fur et à mesure qu’il apprend, ses capacités augmentent. Le système peut déterminer si deux ensembles d’un argument sont similaires même s’ils utilisent un langage différent.

Alors, pourquoi IBM l’utilise-t-il en entreprise?
Comme IBM Watson a pu atteindre une certaine échelle, la société estime qu’en mettant la technologie NLP à des fins commerciales, elle pourra étendre ses capacités beaucoup plus loin. À mesure que de plus en plus d’organisations l’utilisent, IBM Watson traitera beaucoup plus de données et en apprendra davantage. Cela signifie qu’au fil des ans, la probabilité que votre machine interprète mal ce que vous avez dit diminuera. Mais, cela ne signifie pas pour autant que Watson sera capable d’évoquer à lui seul une nouvelle idée et une nouvelle argumentation.

E-Commerce: 10 conseils SEO

Avec une toute nouvelle décennie devant nous, c’est le moment idéal pour réévaluer la stratégie de référencement de votre site Web de commerce électronique.

Une recherche Google, Bing ou Yahoo est le début du parcours d’un acheteur vers votre site, et des techniques de référencement appropriées vous assureront de faire la meilleure première impression.

Bien que le monde du référencement puisse être incroyablement complexe à naviguer, en particulier pour les sites de commerce électronique, la liste de contrôle suivante vous garantira que vous vous dirigez dans la bonne direction.

Liste de contrôle technique SEO pour le commerce électronique

Le référencement technique est le fondement de toute stratégie de référencement réussie.

Suivez ces étapes pour vous assurer que votre référencement technique est à point:

  1. Assurez-vous que votre site Web peut être exploré et indexé

Si un moteur de recherche ne peut pas explorer votre site Web, il ne peut pas classer votre contenu.

Plus précisément, il ne peut pas classer vos produits dans les résultats de recherche.

L’indexabilité, l’exploration, la vitesse, le contenu, le balisage de schéma et la convivialité globale de votre site sont tous des éléments essentiels du référencement technique.

Si ces éléments sont correctement configurés, le reste de votre stratégie SEO de commerce électronique se mettra en place.

2. Résoudre des pages avec des erreurs 4XX

Google Search Console est un outil incroyablement utile pour tous les sites Web.

Une fois votre site vérifié, votre première étape devrait être de traiter toutes les pages qui contiennent des erreurs.

Il s’agit de pages cassées que Google n’est pas en mesure d’explorer, souvent en raison d’un plan du site obsolète, de produits en rupture de stock ou d’une erreur de serveur temporaire.

3. Vérifiez les pages exclues

Vous souhaitez également vérifier vos pages exclues, car Google ne peut pas les indexer en raison du code dans votre fichier robots.txt.

Bien que cette liste soit souvent composée de pages que vous ne souhaitez pas qu’un moteur de recherche explore de toute façon, telles que la page du panier ou du profil client, vous devez la revérifier pour vous assurer qu’aucune page essentielle n’est bloquée aux robots.

4. Ajoutez un balisage de schéma à votre site

Le balisage de schéma est un lot de balises HTML qui permet à Google d’afficher le prix, la note, la disponibilité et plus de détails sur le produit directement sur la page de résultats de recherche.

L’ajouter à votre site est facile et il est essentiel que vous le fassiez.

Il garantit que vos produits sont plus attrayants sur la première page de résultats et dans l’onglet Shopping de Google.

Vous pouvez afficher votre configuration de balisage de schéma actuelle dans le rapport sur les produits de Google Search Console.

Liste de contrôle des mots clés de commerce électronique

Une fois votre référencement technique solide, vous souhaiterez évaluer vos mots clés actuels et voir quelles pages sont classées pour eux.

5. Cibler des mots clés spécifiques, axés sur les ventes

L’une des plus grandes erreurs des propriétaires d’entreprises de commerce électronique est de cibler les mauvais mots clés.

Beaucoup recherchent les termes avec le volume de recherche le plus élevé lié à une marque.

Bien qu’ils aient fière allure dans la recherche, ce sont les mots clés plus spécifiques et à faible volume de recherche qui généreront les conversions.

Par exemple, les «jantes Subaru Crosstrek 2017» peuvent ne pas avoir un volume impressionnant par rapport aux «jantes Subaru» ou «jantes».

Cependant, le terme plus spécifique mènera directement à votre page produit et les chercheurs trouveront exactement ce qu’ils recherchent.

6. Focus sur l’intention des mots clés

Vous voulez vous assurer que les mots clés que vous ciblez reflètent la bonne intention du chercheur.

RankBrain de Google permet de déterminer si une requête est informative ou transactionnelle. En tant que site de commerce électronique, vous devez vous assurer que vous ciblez des mots clés transactionnels.

Vous pouvez identifier le type d’un terme particulier en le recherchant dans une fenêtre de navigation privée pour voir quels résultats apparaissent.

Si la requête vous dirige principalement vers les pages de produits, vous êtes sur la bonne voie.

7. Ne rivalisez pas avec vous-même

Une fois que vous avez déterminé vos mots clés transactionnels axés sur les ventes, essayez de vous assurer que plusieurs pages ne sont pas classées pour le même terme.

Si deux pages se classent pour une requête spécifique, Google ne saura pas laquelle afficher en premier, ou pas du tout.

Vous ne voulez pas faire tous ces efforts pour rechercher vos mots clés transactionnels uniquement pour que les utilisateurs soient dirigés vers la page d’accueil au lieu de la page du produit.

Google Search Console peut vous montrer la position de classement, les clics, les impressions et le CTR des pages de votre site Web pour déterminer s’il y a une concurrence auto-infligée pour des mots clés spécifiques.

Liste de contrôle du contenu du commerce électronique

Un contenu de qualité n’est certainement pas un nouveau facteur en ce qui concerne votre classement.

Bien que le contenu long et approfondi ne soit pas au départ votre priorité en tant que site Web de commerce électronique, votre classement en souffrira s’il est poussé au second plan.

8. Évitez le contenu dupliqué

Google promeut en permanence un contenu unique et de haute qualité, et les sites Web avec du contenu en double en paieront le prix.

Si 60% des informations d’une page correspondent à une autre, Google pourrait la considérer comme dupliquée.

Du point de vue du commerce électronique, si vous avez des pages de produits individuelles pour le même article, mais en différentes couleurs ou tailles, ces pages peuvent être considérées comme des doublons.

La consolidation de toutes ces options sur une seule page résoudra non seulement ce problème, mais garantira que votre site est réactif et convivial.

9. Améliorez tout contenu léger

Google est également à la recherche de pages au contenu léger.

Si une page de produit ne contient pas de description détaillée et d’images spécifiques à l’article, il est possible qu’elle ne soit pas indexée.

Le raisonnement est que Google ne pense pas que la page satisfera l’intention de recherche de l’utilisateur, car il y a peu d’informations à fournir.

Parcourez vos produits pour vous assurer que toutes les descriptions, images, spécifications et autres informations essentielles sont clairement définies et disponibles pour les visiteurs.

10. Indexation Mobile-First

Pour au moins 90% des sites Web, Google utilise désormais l’indexation mobile d’abord pour déterminer votre classement en fonction du contenu de votre site mobile, et non de la version de bureau.

Les recherches sur mobile étant largement plus nombreuses que les recherches sur ordinateur, vous voulez vous assurer que votre site Web et vos produits sont optimisés pour ces appareils.

Assurez-vous d’avoir un contenu détaillé et visible sur votre site mobile afin que ceux qui ont l’intention d’acheter puissent trouver votre produit efficacement.

La meilleure façon de résoudre ce problème est d’avoir un site Web de commerce électronique réactif.

Cela permettra à votre site de s’adapter à la taille de l’écran de l’appareil de l’utilisateur, ce qui rend l’indexation mobile-first une préoccupation minimale.

Source: Agence SEO